Santé : quelle vie pour les grands prématurés ?

FRANCE 2

Le plus petit bébé du monde est né aux Etats-Unis en décembre 2018. Grand prématuré, le nourisson a déjoué tous les pronostics après cinq mois de soins intensifs. Mais les grands prématurés peuvent-ils mener une vie normale sur le long terme?

En venant au monde à 23 semaines de grossesse, Saybie ne pesait que 245 grammes. Ce bébé, né dans un hôpital en Californie (États-Unis), a beaucoup fait parler comme étant le plus petit au monde. Peu lui prédisaient un avenir. Pourtant le nourrisson est bien vivant et en bonne santé, grâce à une vigilance accrue. Mais la petite fille reste plus fragile qu'un enfant né à terme : le risque de séquelles existe malgré les progrès de la médecine.

Une diminution des séquelles observée

"Les séquelles les plus redoutées sont les séquelles neurologiques graves (...) Toutefois les types de handicap ou d'infirmité motrice d'origine cérébrale ou de paralysie cérébrale deviennent de plus en plus rares", rassure le Pr Xavier Durmeyer de l'unité de réanimation néonatale de l'hôpital de Créteil (Val-de-Marne). Anaïs en est la preuve vivante. À 11 ans, elle mène une vie ordinaire. Pourtant la jeune fille est née prématurément après 27 semaines et pesait moins d'un kilo. Elle est suivie régulièrement par des médecins. "Au niveau de l'école, j'avais quelques difficultés mais maintenant ça va beaucoup mieux (...) J'ai été vraiment bien accompagnée par mes parents et ma famille", détaille la fillette. En France, 60 000 bébés prématurés naissent chaque année, un chiffre en hausse depuis 20 ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne