La césarienne met-elle les femmes en danger ?

Selon une récente étude de l'Inserm, les césariennes entraîneraient un risque plus élevé de complications graves chez la femme que l’accouchement par voie basse.   

En France, une femme sur cinq accouche par césarienne. Mais malgré sa fréquence, cette intervention n'est jamais anodine. En effet, selon une récente étude de l'Inserm, le risque de complications graves est doublé pour les femmes qui accouchent de cette façon, en particulier chez les patientes les plus âgées. "La complication la plus fréquente c’est l’hémorragie de la délivrance. Ça peut être une hémorragie sévère, où les femmes perdent 2 à 3 litres de sang...", explique le Pr François Goffinet, chef de service de la maternité Port-Royal, Hôpital Cochin (AP-HP).

Un risque de complication qui augmente avec l'âge

Plus la mère est âgée, plus le risque de complication augmente. Pour les femmes de plus de 35 ans il est multiplié de 3 à 5. "A 35-40 ans, le corps est peut-être un peu plus vulnérable. On passerait donc plus facilement, plus rapidement, à des complications graves", ajoute François Goffinet. Moins d'une femme sur dix serait concernée par ces complications. Mais les chercheurs invitent les médecins et les futures mamans à considérer ce sur-risque au moment de choisir le mode d'accouchement.

Vous êtes à nouveau en ligne