Être enceinte : Des différences de pratiques et de coûts

Être enceinte et accoucher d’un enfant peut-être une expérience très différentes d’un pays à l’autre, en fonction de plusieurs facteurs

Aux Pays-Bas, il est encore très courant pour les femmes (13% d’entre elles) d’accoucher à domicile, accompagnée d’une sage femme.

Elles ont bien sur la possibilité d’accoucher à l’hôpital, mais si leur grossesse ne pas considérée comme « à risque », elles devront débourser une contribution de 300 à 400 euros pour pouvoir le faire. Une seule femme sur cinq a recours à la péridurale.

Au Brésil, c’est 43% des femmes qui accouchent par césarienne. Un pourcentage élevé qui augmente encore si l’on ne s’intéresse qu’aux femmes qui accouchent dans les cliniques privées pour atteindre les 80%.

Ce chiffre s’explique par la volonté des médecins d’augmenter leur rentabilité et celle des femmes de faire des économies :

En effet, à São Paulo , un accouchement naturel peut coûter entre 1000 et 5000 euros.

Aux Etats-Unis, une augmentation des décès durant l’accouchement

Aux Etats-Unis, le taux de mortalité des mères a augmenté de 50% depuis 2000. 28 femmes sur 100 000 meurent pendent leur accouchement, un chiffre trois fois supérieur à celui de la France.

Selon la gynécologue Barbara Levy, cette mortalité ascendante est causée par des pathologies en recrudescence aux Etats-Unis, comme l’obésité, le diabète ou l’hyper-tension artérielle.   

La Norvège, le pays idéal pour être mère

Selon l’ONG « Save The Children », la Norvège est le meilleur pays pour être mère. Le suivi de la grossesse et l’accouchement y sont entièrement gratuits. Les parents peuvent s’y partager 49 semaines de congé parental durant lesquelles ils sont indemnisés à 100% de leur salaire.

Vous êtes à nouveau en ligne