États-Unis : l'épidémie de coronavirus est l'équivalent d'un "11-Septembre quotidien", explique Gallagher Fenwick

Une vaste campagne de vaccination contre le coronavirus doit commencer lundi 14 décembre aux États-Unis, où l'épidémie a déjà engendré la mort de près de 300 000 personnes.

Les États-Unis passent à la vitesse supérieure. Vendredi 11 décembre, l'Agence américaine des médicaments a donné son feu vert à la mise sur le marché du vaccin anti-coronavirus élaboré par Pfizer et BioNTech. Une campagne de vaccination à l'échelle nationale va donc pouvoir commencer lundi 14 décembre, ce qui constitue un immense défi logistique. "C'est une opération quasiment sans précédent dans l'histoire du pays," insiste Gallagher Fenwick, journaliste à France 24 et invité du 23h de franceinfo dimanche 13 décembre. "Trois millions de doses vont être inoculées cette semaine, cela n'était jamais arrivé." 

Obama, Clinton et Bush veulent donner l'exemple

Près de 300 000 personnes sont déjà décédées des suites du coronavirus sur le territoire américain. "Si l'on regarde le nombre d'individus qui meurent du Covid chaque jour, cela correspond en quelque sorte à un 11-Septembre quotidien", relève le journaliste. Le scepticisme des habitants à l'égard de la nécessité d'avoir recours au vaccin reste néanmoins assez forte. Afin de donner l'exemple, les anciens présidents Barack Obama, Bill Clinton et George W. Bush auraient prévu de se faire vacciner devant les caméras.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne