VIDEO. "On a une alternative sous les yeux qu’on ne voit pas", Isabelle Delannoy dévoile ses solutions pour sortir de la crise écologique

BRUT

Il y a 10 ans, l’environnementaliste Isabelle Delannoy co-écrivait le film "Home" avec Yann Arthus-Bertrand. Depuis, elle cherche à répondre aux crises écologiques.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'environnementaliste Isabelle Delannoy a fait le tour du monde des initiatives écologiques. Son constat : des solutions existent, et elles sont complémentaires. Rencontre. 

Une harmonie entre les êtres humains et les écosystèmes

L’environnementaliste s’est intéressée à toutes les logiques économiques et productives qui permettent de répondre à l’enjeu écologique selon lequel nous allions, dans les 10 ans, vers un effondrement de nos civilisations. "C’est là que j’ai découvert que non seulement elles étaient par milliers sur la planète mais dans toutes les activités", raconte Isabelle Delannoy.

Face aux crises, on peut croire qu’il n’y a pas d’alternatives. En réalité, on a une alternative sous les yeux qu’on ne voit pas.

Isabelle Delannoy

Environnementaliste

En effet, elle estime que ces logiques se structurent toutes de la même façon. Ainsi, elle soutient la thèse selon laquelle, ce qu’elle appelle l’économie symbiotique est capable de faire vivre en harmonie les êtres humains et les écosystèmes. "J’ai découvert l’économie collaborative, l’économie contributive, la gouvernance des biens communs, l’économie sociale et solidaire", explique Isabelle Delannoy. "Rassemblées, elles forment une économie complète", poursuit-elle.

"Nous avons tous un rôle à jouer"

Cette économie, Isabelle Delannoy l’a donc appelée "économie symbiotique". Cette économie a pour ambition de créer un cadre où l’humain et les écosystèmes vivent en symbiose. Un de ses piliers est d’associer l’intelligence du vivant aux activités de l’espèce humaine. "On bascule d’une économie extractrice de ses ressources, qui existe depuis 5000 ans, à une économie régénératrice de ses ressources", explique la chercheuse. Toutefois, cette économie est encore peu visible aujourd’hui.

En revanche, Isabelle Delannoy assure que nous avons "tous un rôle à jouer". Par exemple, cela peut être dans nos achats, en allant "vers les coopératives, vers le local". Elle juge également qu’il serait bénéfique de remettre les écosystèmes au coeur des villes. "C’est, en plus, moins cher que les systèmes classiques", assure Isabelle Delannoy. Mais pour que cela soit efficace et concret, elle estime qu’il faut "montrer ce nouveau possible". Un travail de longue haleine qui passe notamment par les témoignages et par le soutien des médias. "Et si ça c’est fait, oui, je suis très optimiste", conclut Isabelle Delannoy.

Vous êtes à nouveau en ligne