VIDEO. À Londres, les voitures polluantes ne sont plus les bienvenues

BRUT

Pour freiner la pollution de l'air, une "zone ultra basse émission" a été délimitée pour décourager les automobilistes à circuler dans le centre-ville.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Cette mesure radicale n'a pas fait l'unanimité mais elle a été saluée par les écologistes. À Londres, chaque automobiliste possédant un véhicule essence construit avant 2006 ou un véhicule diesel construit avant 2015 doit désormais s'acquitter d'une taxe de 14,50 euros pour entrer dans le centre-ville londonien. Cette mesure a pour but de faire baisser les émissions de gaz à effet de serre dans la capitale anglaise. "Je suis vraiment fière que Londres soit une ville qui prend des mesures sérieuses", remarque une passante londonienne. Chaque automobiliste ne s'acquittant pas de cette taxe risque désormais une amende de 185 euros, abstraction faite des taxis et des véhicules transportant des personnes handicapées qui en sont exemptés. 

Pollueur-payeur 

"C'est une urgence pour la santé publique ici, à Londres, comme dans toutes les grandes villes du pays.(…) Chaque jour, quatre Londoniens sont hospitalisés à cause de la mauvaise qualité de l'air", pointe Sadiq Khan. Le maire de la ville espère que les réductions de carbone pourront diminuer de 45 % grâce à cette initiative, un assainissement de l'atmosphère garanti par le principe pollueur-payeur. 

Vous êtes à nouveau en ligne