Incendie Lubrizol : "Personne ne sait ce que donnent ces produits mélangés quand ils brûlent"

Stockage de produits chimiques - Photo d\'illustration.
Stockage de produits chimiques - Photo d'illustration. (Crédits Photos : © Pixabay / flamm)

Si la liste des produits chimiques contenus dans l’usine de Rouen est désormais connue, les risques liés à leur mélange pendant l’incendie n’est pas connu, selon la ministre de la Santé.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a reconnu le 2 octobre que "personne" ne savait aujourd'hui "ce que donnent ces produits mélangés quand ils brûlent", à propos des substances qui se sont consumées dans l'incendie de Lubrizol, rendues publiques la veille.

A lire aussi : Incendie de Rouen : peut-on se fier aux indices habituels de qualité de l'air ?

"L’Etat ne peut pas répondre à cette question"

Alors que la préfecture de Seine-Maritime a publié mardi soir la liste des 5.253 tonnes de produits chimiques qui ont brûlé dans l'incendie de l'usine jeudi dernier, la ministre a souligné sur France Inter que "ce qui compte avant tout, c'est ce qu'on fait de cette liste".

Elle a ensuite révélé avoir demandé à l’Ineris, "l'agence chargée de l'évaluation des risques industriels", d'enquêter sur le devenir de ces produits une fois mélangés et brûlés. "L'Etat aujourd'hui ne peut pas répondre à cette question", a-t-elle dit.

Traquer les produits cancérigènes

Mais, a-t-elle précisé, "ce qui était plus important à notre avis, c'est de vérifier que des produits hautement toxiques n'étaient pas dans les fumées, dans les suies ou dans l'eau. Et c'est la première chose que nous avons faite", a-t-elle dit.

"Aujourd'hui, je dis ce que je sais, c'est-à dire que nous avons cherché les produits les plus communément trouvés après un incendie dans une usine qui contient des hydrocarbures ou des dérivés d'essence ou de lubrifiants", a expliqué la ministre.

"Les produits les plus dangereux, les plus habituels sont les hydrocarbures polycycliques qui sont des produits éventuellement cancérigènes. C'est la première chose que nous avons cherchée à la fois dans les fumées et dans les suies, et là nous pouvons dire qu'il n'y en a pas. En tout cas quand on en trouve, c'est en-dessous des seuils habituels".

Pas d’amiante en excès

"Ensuite nous avons cherché l'amiante, parce que le toit de l'usine était en amiante. Et sur l'amiante, nous avons cherché des fibres d'amiante dans l'environnement, dans l'air et dans les suies. Sur un rayon de 300 mètres autour de l'usine, il n'y en a pas au-dessus des seuils admis dans l'environnement", a-t-elle poursuivi.

"Le troisième toxique que nous recherchons, c'est la dioxine, qui est aussi un produit très dangereux. Et ça, nous aurons les résultats au fur et à mesure dans la semaine", a-t-elle indiqué.

"Cette pollution qui est réelle, pour l'instant elle n'entraîne pas de risques pour la santé, avec ce que nous connaissons aujourd'hui", a-t-elle résumé.

Alors que des analyses sont toujours en cours, au moins 1.800 agriculteurs sont touchés par une interdiction de commercialisations de leur production. Ils devraient être indemnisés sous une dizaine de jours. De son coté, le parquet de Rouen a annoncé le 2 octobre qu'"à ce jour plus d'une quarantaine de plaintes" consécutives à l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen avaient été "transmises" ou étaient "en cours de transmission".

Vous êtes à nouveau en ligne