Sécurité, poids, pollution... Six questions sur les SUV, ces voitures urbaines au look de 4x4 décriées par les écologistes

Un militant de Greenpeace bloque le déchargement de voitures SUV à Bremerhaven en Allemagne, le 7 septembre 2019.
Un militant de Greenpeace bloque le déchargement de voitures SUV à Bremerhaven en Allemagne, le 7 septembre 2019. (PICTURE ALLIANCE / PICTURE ALLIANCE)

Ces véhicules connaissent un succès commercial dans le monde entier depuis plusieurs années, mais sont vivement critiqués pour leur émissions de gaz à effet de serre et leur impact global sur le climat.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Plus de possibilités", "affirmez votre caractère", "rallume la flamme"... Les publicités pour les SUV l'affirment : ces nouveaux véhicules au look de 4x4 urbains sont la garantie de déplacements en tout confort et sécurité. Selon une note (en anglais) de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) parue mardi 15 octobre, plus de 200 millions de SUV circulent aujourd'hui sur la planète. Mais le confort a un coût, surtout pour l'environnement. Plusieurs associations écologistes dénoncent ainsi les impacts nocifs de ces véhicules sur le climat et appellent les pouvoirs publics à encadrer leur usage. Franceinfo fait le point.

1Qu'est-ce qu'un SUV ?

Loin de l'image désuète du 4x4 blanc à vitres teintées, le nouveau tout-terrain des villes s'appelle désormais SUV, pour sport utility vehicles. Depuis plus d'une décennie, ils rencontrent un franc succès auprès des conducteurs partout dans le monde. En 2018, ils ont représenté plus de 40% des ventes de voitures mondiales, selon l'AIE.

La star de l'industrie automobile, ce n'est pas la voiture électrique, c'est le SUV : en 2010, 18% des ventes de voitures dans le monde concernaient des SUV, en 2018, c'était plus de 40% !Fatih Birol, directeur de l'AIElors d'une conférence

Plus de 200 millions de SUV circulent aujourd'hui dans le monde, soit presque six fois plus qu'en 2010, où l'on n'en comptait "que" 35 millions. Quant à la France, les ventes de SUV y ont été "multipliées par sept en dix ans", a fait savoir Mathieu Chassignet, ingénieur en charge des mobilités à l'Ademe (Agence environnement et maîtrise énergie) Hauts-de-France, à franceinfoSelon Le Parisien606 240 SUV circulent en France (décompte effectué entre janvier et septembre 2019) contre 202 866 en 2010.

Les modèles de SUV les plus vendus en France en 2019 sont le Peugeot 3008 II, le Renault Captur et le Citroën C3 AIRCRC, développe Le Parisien. Le prix moyen d'un SUV compact neuf en 2017 était de 32 484 euros, selon le magazine spécialisé L'Argus cité par BFMTV.

2Pourquoi séduisent-ils les conducteurs ?

Aujourd'hui, tous les constructeurs proposent des modèles SUV dans leur gamme. Parmi les quelque 70 nouveaux modèles de voitures sortis en France en 2018, plus de la moitié étaient des SUV, selon le magazine spécialisé L'Argus

Pour Sophian Fanen, journaliste pour le site Les Jours et coauteur d'une enquête sur le SUV (édition abonnés), si ces modèles sont autant vendus, c'est parce qu'il est compliqué de trouver d'autres modèles : "J'ai fait un tour des concessionnaires des différentes marques, en me faisant passer pour un consommateur lambda. On ne peut acheter que des petites citadines et des SUV. Entre les deux, il reste quelques berlines, mais les monospaces et les familiales ont quasiment disparu", affirme-t-il à franceinfo. Selon le journaliste, il existe depuis quelques années "une offensive publicitaire massive" sur les SUV, qui explique en partie leur succès.

Les voitures sont presque vendues comme des 4x4 alors qu'en fait c'est complètement l'inverse, ce sont des véhicules de tous les jours pour aller faire les courses ou aller au travail. Ces publicités renvoient un message proche de la nature et de liberté.Sophian Fanen, journaliste pour le site lesjours.frà franceinfo

Quant au public concerné, il s'agit plutôt de la classe moyenne aisée. "Des gens qui ont les moyens pour acheter des voitures relativement chères. Ça permet d'affirmer un statut, une certaine réussite sociale. Pour une partie de la population, c'est un marqueur. On achète un SUV comme on achetait une Mercedes ou une DS il y a cinquante ans", estime Eric Leser, rédacteur en chef de la revue trimestrielle Transitions & Energies, interrogé par franceinfo. 

3Sont-ils plus sûrs que les autres véhicules ?

La garantie de sécurité mise en avant par les constructeurs est-elle fondée ? Selon les résultats des crash-tests de l'Euro NCAP, un programme qui évalue les nouveaux modèles qui arrivent sur le marché automobile, on trouve dans les véhicules les mieux notés en 2018 autant de SUV que de berlines, idem parmi les modèles moins bien notés.

Mais côté piétons, la dangerosité de ces véhicules interroge. Selon Mathieu Chassignet, de l'Ademe, cité par Alternatives économiques, les SUV sont plus dangereux pour les autres usagers de la route en cas de collision, en particulier pour les piétons. Au Canada, des chercheurs ont analysé trois millions d'accidents et démontré qu’il y avait 224% de risques supplémentaires de tuer quelqu'un dans une collision en conduisant un SUV qu'en conduisant une berline.

4Sont-ils plus polluants que les autres ?

Souvent plus lourds et moins aérodynamiques, les SUV consomment en moyenne un quart d'énergie en plus que les voitures de taille moyenne, souligne la note de l'AIE. Très minoritaires dans les classes les moins polluantes (A et B), les SUV sont beaucoup plus présents dans les classes C à F, qui émettent entre 121 et 250 grammes de CO2 par kilomètre, précise Le Figaro.

Les modèles de SUV électriques ne sont pas en reste. "La batterie a un coût environnemental élevé, ce qui est d'autant plus vrai sur un SUV, étant plus lourd, et consommant plus. Ce qui veut dire qu'il faut embarquer une batterie plus lourde, forcément plus coûteuse environnementalement à produire", rappelle Mathieu Chassignet à franceinfo.

Interrogé par Le Parisien, le groupe PSA, l'un des plus gros vendeurs de SUV en France, affirme avoir "l'un des niveaux de CO2 les plus faibles du marché" et rappelle que "les monstres américains n'ont rien à voir avec ce qui est fabriqué en Europe".

5Quel est leur impact global sur le climat ?

Selon l'AIE, les SUV ont été la deuxième source de croissance des émissions de CO2 entre 2010 et 2018, après le secteur de l'énergie, mais avant l'industrie lourde (y compris le fer et l'acier, le ciment, l'aluminium), les poids lourds, les avions ou les navires. Le calcul de ces émissions n'a cependant pas été détaillé dans la note.

Les SUV semblent aussi à l'origine de la demande accrue en pétrole venue de l'industrie automobile entre 2010 et 2018. Si la tendance se poursuit, "les SUV ajouteraient près de deux millions de barils par jour à la demande mondiale de pétrole d'ici 2040, annulant les économies permises par 150 millions de voitures électriques", prévient l'AIE.

Capture écran du rapport de l\'AIE sur les SUV, le 25 octobre 2019.
Capture écran du rapport de l'AIE sur les SUV, le 25 octobre 2019. (AGENCE INTERNATIONALE DE L'ENERGE)

Le rapport souligne également que "des voitures plus grosses et plus lourdes comme les SUV sont plus difficiles à électrifier". Dans l'Union européenne, après des années de déclin, les émissions de CO2 des voitures neuves ont ainsi augmenté en 2018 pour la deuxième année consécutive, selon l'Agence européenne de l'environnement, et ce en partie à cause des SUV, cite Le Monde.

6 Qu'en pensent les autorités et les politiques ?

Dans le cadre du projet de loi de finances (PLF) 2020, un amendement a été déposé en octobre par la députée LREM Barbara Pompili et l'ex-député de la majorité Matthieu Orphelin, afin d'instaurer une taxe pénalisant certains modèles de voitures, dont les SUV. Il proposait d'ajouter un malus sur le poids du véhicule en plus de celui sur les émissions de CO2 déjà existant.

Un texte immédiatement décrié sur les bancs de la droite. "La France ne se limite pas au 15e arrondissement !", a réagi Eric Woerth (LR) cité par Les Jours"Si les gens utilisent un SUV, c'est pour rouler dans la neige l'hiver et pour une question de confort", a renchéri Marc Le Fur (LR). De son côté, le délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes Pierre Chasseray a affirmé qu'il était "illusoire et totalement stupide" de penser que les Français allaient "se rabattre sur des tout petits véhicules". L'amendement a finalement été retiré.

Invité de franceinfo le 17 octobre, l'eurodéputé EELV Yannick Jadot s'est dit pour l'interdiction de la publicité pour les SUV. "En France, on vend aujourd'hui dans des concessions automobiles des véhicules qui polluent 5 à 6 fois la norme en matière d'azote, nous vendons des voitures frauduleuses !" Le 25 octobre, Anne Brugnera, la députée LREM de la 4e circonscription du Rhône, a notamment fait la promotion d'un SUV pour le mensuel Nouveau Lyon, provoquant des réactions outrées de militants écologistes.

Vous êtes à nouveau en ligne