Procès en appel d'un céréalier contre Monsanto : "Il me tarde d'en découdre avec les avocats"

Paul François, dans sa ferme à Bernac, en Charente, le 28 juillet 2015.
Paul François, dans sa ferme à Bernac, en Charente, le 28 juillet 2015. (THIBAUD MORITZ / AFP)

Alors que s'ouvre aujourd'hui son quatrième procès devant la cour d'appel de Lyon contre Monsanto, l'agriculteur Paul François espère sur France Inter que la multinationale sera condamnée définitivement dans deux mois.

"Je suis très déterminé et il me tarde d'en découdre avec les avocats de Monsanto. J'espère que c'est la dernière fois et que dans deux mois on aura une condamnation définitive", explique mercredi 6 février sur France Inter l'agriculteur Paul François, alors que s'ouvre son quatrième procès devant la cour d'appel de Lyon contre Monsanto. Il se bat pour que la multinationale américaine soit reconnue responsable de son intoxication en 2004. Après avoir inhalé des vapeurs de Lasso, un herbicide, Paul François a été longuement hospitalisé et a même frôlé la mort. Il souffre toujours de graves troubles neurologiques.

"C'est un combat de tous les jours"

"Ces 12 ans de combat ont impacté ma vie", indique Paul François. L'agriculteur a déjà gagné en première instance et en appel, mais Monsanto s'est pourvu en cassation et l'affaire a été de nouveau renvoyée devant la cour d'appel. "C'est un combat de tous les jours. Monsanto n'apporte aucun élément nouveau." 

À part de salir les scientifiques qui m'ont prouvé la toxicité du Lasso, les avocats de Monsanto n'ont jamais apporté d'éléments contradictoires.Paul Françoisà franceinfo

Paul François est en outre responsable d'une association de victimes des produits agricoles : "C'est encore un sujet très tabou, il n'y a pas que le Lasso ou le glyphosate. Il y a des pathologies comme Parkinson qui sont reconnues comme maladies professionnelles. Le gouvernement n'a pas été capable de mettre en place le fond d'indemnisation prévu. L'agrochimie et l'agroalimentaire sont beaucoup plus puissants que les agriculteurs.  Macron fait machine arrière sur le glyphosate", regrette l'agriculteur.

La procédure pourrait durer encore trois ans

Le céréalier n'a reçu à ce jour aucune indemnité de Monsanto. Même si Bayer Monsanto était condamné, la procédure pourrait prendre encore deux ou trois ans pour le volet indemnisation. 1 900 donateurs ont déjà pris part à une cagnotte pour aider Paul François dans ce combat judiciaire. Monsanto a été condamné en août dernier par le tribunal de San Francisco à verser près de 290 millions de dollars à un jardinier américain atteint d’un cancer après avoir utilisé du Round Up pendant des années.

Vous êtes à nouveau en ligne