Perturbateurs endocriniens : la Commission européenne échoue à trouver une définition

Première étape pour lutter contre les perturbateurs endocriniens : leur trouver une définition. Mais les États membres de Commission européenne n'ont pas réussi à tomber d'accord. 

La Commission européenne a renoncé mardi 28 février à organiser un vote entre les États membres sur une définition des perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques présentes presque partout dans l’environnement (pesticides, cosmétiques, matières plastiques), et susceptibles de modifier notre système hormonal.

Refus de la France

Plusieurs pays, dont la France, le Danemark et la Suède ont voté contre la définition proposée par la Commission, lors du premier vote en décembre 2016.

La France juge trop restrictive la définition des perturbateurs endocriniens proposée par la Commission. Dans un communiqué, la Ministre de l'environnement, Ségolène Royal, "regrette que la définition modifiée par la Commission ne soit toujours pas acceptable." Selon elle, la Commission n'a pas retenu les demandes de la France de "prendre en compte les perturbateurs endocriniens présumés et pas seulement avérés".

Vous êtes à nouveau en ligne