Cinq grammes de plastique ingérés par semaine : WWF plaide pour "un traité mondial pour lutter contre" la pollution plastique

Des bouteilles en plastiques récoltées lors d\'une opération de nettoyage sur la plage du Prado, à Marseille, en septembre 2018 (image d\'illustration).
Des bouteilles en plastiques récoltées lors d'une opération de nettoyage sur la plage du Prado, à Marseille, en septembre 2018 (image d'illustration). (THEO GIACOMETTI / HANS LUCAS)

Nous mangeons sans le savoir jusqu'à cinq grammes de plastique par semaine, soit l'équivalent d'une carte de crédit. Il faut agir, et vite, d'après la porte-parole belge de WWF.

Une étude publiée par l'université de Newcastle, en Australie, estime que l'on ingère jusqu'à cinq grammes de plastique par semaine dans notre alimentation, soit l'équivalent d'une carte de crédit. L'étude a été diffusée par l'antenne belge de l'association WWF.

"Le plastique est partout", a dénoncé jeudi 13 juin sur franceinfo Jessica Nibelle, porte-parole du WWF Belgique. Il "se décompose, se transforme en microplastique, en nanoplastique : ce sont de toutes petites particules de plastique qui vont se retrouver dans l'eau que nous buvons, mais aussi dans les crustacés, les poissons que nous mangeons et même dans l'air que l'on respire". Pour régler le problème, "il faut absolument un traité mondial pour lutter contre" la pollution plastique.

franceinfo : Vous attendiez-vous à une telle quantité de plastique ?

Jessica Nibelle : Ce n'est pas un constat très surprenant, puisque cela fait de nombreuses années qu'on étudie les effets du plastique sur d'autres organismes vivants, comme les animaux marins. On sait que l'ingestion de plastique par les poissons, par exemple, a des effets parfois mortels puisqu'on retrouve des quantités de plastique dans leur appareil respiratoire ou dans leur estomac. On ne connaît pas encore vraiment les effets du plastique sur la santé humaine. Là, on en est encore aux balbutiements des recherches scientifiques.

Est-ce qu'on sait d'où vient ce plastique, ces 2 000 particules de microplastique que l'on ingère tout au long de la semaine ?

Le plastique est partout. Il se retrouve dans la nature, il est absorbé par les écosystèmes, et il se retrouve de facto dans notre chaîne alimentaire. Le plastique se décompose, se transforme en microplastique, en nanoplastique, de toutes petites particules de plastique qui vont se retrouver dans l'eau que nous buvons, mais aussi dans les crustacés, les poissons que nous mangeons et même dans l'air que l'on respire, puisque nos intérieurs fourmillent de particules de plastique et que l'on inhale aussi des particules.

Peut-on imaginer des pistes d'amélioration ?

La solution serait déjà d'attaquer le problème à la source : la pollution plastique. Il faut absolument un traité mondial pour lutter contre ce problème. Il faudrait aussi une meilleure gestion des déchets plastiques puisqu'aujourd'hui, seuls 20% des déchets plastiques sont recyclés à l'échelle mondiale. Donc ce que l'on demande, c'est une solution internationale à ce problème. Un meilleur traitement des déchets, notamment, afin qu'aucun déchet plastique ne se retrouve plus dans la nature.

Vous êtes à nouveau en ligne