VIDEO. Vidéos en ligne, enfants sous influence

Sur la plateforme YouTube, le jeune public raffole de vidéos qui mettent en scène d'autres enfants en train de déballer des cartons de cadeaux ou de tester des jouets. "Envoyé spécial" montre comment les marques de ces produits se cachent derrière les petits YouTubeurs pour tirer profit de leur célébrité. Extraits d'une enquête sur une offensive commerciale d'un genre nouveau.

En quelques années, la plateforme YouTube est devenue le média préféré des 3-9 ans. Ce qu'ils adorent regarder ? Des vidéos dont les héros sont des enfants, et dont les aventures consistent à déballer des cadeaux ou tester des jouets... Ces enfants testeurs sont, en fait, choisis et gâtés par les marques. Ils font de formidables prescripteurs pour les petits spectateurs, futurs consommateurs potentiels de leurs produits. "Envoyé spécial" a enquêté sur cette offensive commerciale hors du commun. Voici quelques temps forts d'un reportage diffusé le 31 mai 2018.

Deux millions et demi d'abonnés pour les vidéos de Néo et Swan. Filmées et mises en ligne par leur mère, elles totalisent deux milliards et demi de vue. La chaîne concurrente, Studio Bubble Tea, aurait rapporté en quatre ans près d'un million d'euros à son créateur, un père de famille qui réalise et poste lui-même sur internet les vidéos de ses deux filles... Une activité à plein temps et un gain mensuel de 10 000 à 50 000 euros.

Un placement de produit presque invisible

Ces vidéos partagent-elles innocemment des moments d'amusement ou s'agit-il de publicité déguisée ? Que les YouTubeurs soient ou non payés par les marques, il s'agit bel et bien de publicité, "activité ayant pour but d'inciter le public à acheter un produit", selon la définition du dictionnaire. Les enfants sont-ils en mesure d'identifier qu'il s'agit d'un placement de produit ?

Un nouvel eldorado s'ouvre en tout cas pour les marques, qui se cachent derrière les YouTubeurs pour profiter de leur célébrité. Pour certains professionnels du marketing, le fait que l'enfant identifie ou non la publicité n'est "pas le plus important. [Le plus important], c'est qu'il ait vu le produit, vu la marque. La marque, le produit est 'rentré' dans son inconscient, dans sa tête, pour que, un jour, peut-être demain, peut-être après-demain, peut-être dans six mois, le produit soit acheté".

Extraits de "Enfants sous influence", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial"le 31 mai 2018.

 

Vous êtes à nouveau en ligne