VIDEO. Au menu dans cette cantine scolaire : des "allumettes végétales" qui "ressemblent à de la pâtée pour chat"

ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

Parmi les 7 millions de petits Français qui déjeunent la cantine, beaucoup se plaignent de ce qu'ils trouvent dans leur assiette. Il faut dire que son contenu est parfois surprenant. Exemples dans cet extrait d’"Envoyé spécial", avec ces "allumettes végétales bio" ou ces omelettes à la fraîcheur garantie pendant presque un mois…

Chaque jour, plus de 7 millions d’écoliers français déjeunent à la cantine. Et beaucoup se plaignent de ce qu'ils y mangent. Font-ils la fine bouche ? Ce n'est pas l'avis de ces parents d'élèves du XVIIIe arrondissement parisien. Ils dénoncent le grand écart entre les promesses alléchantes des menus et la réalité des plats servis à leurs enfants. Pour preuve, ils publient régulièrement sur les réseaux sociaux des photos de plateaux… assez peu appétissants. 

Le plat qui les a le plus choqués était pourtant labellisé "bio" et "végétarien". Cette maman était venue à la cantine prendre sa photo quotidienne. Remarquant que "les enfants ne mangeaient pas ce qui semblait être le jambon", elle s'approche et voit "une espèce de gélatine visqueuse, transparente, blanche, sur des bouts de choses qui ressemblaient ni plus ni moins à de la pâtée pour chat" (la photo qu'elle en a faite est fidèle à cette description). Des "allumettes végétales" indique le menu affiché à l'extérieur de l'école.

"Sur une semaine de repas, il y a 1 vinaigrette qui est maison"

Intriguée, elle demande à la mairie la recette de ce plat mystérieux pour en connaître la composition. La fiche technique qu'elle reçoit en réponse indique 18 ingrédients, parmi lesquels amidon, poudre de blanc d'œuf... : "18 ingrédients issus de poudres diverses, contenant majoritairement du sucre, pour créer quelque chose qui ressemble... à un lardon ?"

Même surprise devant les omelettes. Certifiées bio, elles affichent une longévité record : 28 jours de fraîcheur garantie ! Encore un plat ultra-transformé. "Moi, si je lis ça dans un supermarché, je ne l'achèterais jamais !"

Ces aliments et une possible corrélation entre malbouffe et maladies chroniques inquiètent les parents. Sur les menus, tout est pourtant fait pour les rassurer. Du bio, du label rouge, des logos pour signaler les "plats du chef"... mais "sur une semaine de repas, remarque une autre mère, il y a 1 vinaigrette maison. Donc le reste, c'est acheté, déjà préparé, industriel... ultra-transformé."  

Extrait de "Cauchemar à la cantine !", un reportage rediffusé dans "Envoyé spécial" le 27 juin 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne