VIDEO. Enfants placés : Océane, 15 ans, livrée à elle-même dans un hôtel aux portes de Paris. Regardez un extrait de "Pièces à conviction" diffusé mercredi

PIÈCES A CONVICTION / FRANCE 3

Océane assure avoir subi des violences dans le foyer où elle était placée. Mais c'est à elle qu'on a demandé de partir. Toujours sous le contrôle de l'Aide sociale à l'enfance, elle vit aujourd'hui toute seule dans un hôtel aux portes de Paris. "Pièces à conviction" a recueilli son récit.

L'Etat a le devoir de protéger les enfants en danger, abandonnés ou maltraités par leur famille. Qu'en est-il en réalité ? En France, 341 000 mineurs bénéficient d'une mesure de protection de l'Aide sociale à l'enfance (ASE), mais pour certains, le calvaire semble continuer…

Mercredi 16 janvier, à 21 heures, sur France 3, "Pièces à conviction" propose une enquête au cœur de l'ASE, avec des témoignages d'enfants placés, comme celui d'Océane*, 15 ans et demi. Pour "Pièces à conviction", Océane commence par raconter les violences qu'elle dit avoir subies dans le centre où elle était hébergée.

"Le veilleur de nuit m'a frappée violemment"

"L'alarme incendie a sonné. C'est un petit qui l'a fait sonner. J'étais sur le rebord de la fenêtre pour capter le wi-fi. Le veilleur de nuit est venu et m'a donné une grosse claque. J'étais à deux doigts de tomber par la fenêtre. Il m'a étranglée, et m'a mis sur le bureau je ne pouvais rien faire. Il m'a craché dessus. Il m'a frappée, violemment. Il me donnait des coups de pied, des coups de poing, il me balançait la tête contre les murs. Vraiment, vraiment violent. J'ai eu peur. J'ai pleuré."

Choquée, Océane a déposé une main courante et la direction du foyer lui a demandé de quitter les lieux dès le lendemain. Elle reste cependant sous contrôle de l’Aide sociale à l’enfance. Déscolarisée, Océane vit aujourd'hui toute seule dans un hôtel aux portes de Paris.

"J'ai besoin de quelqu'un à côté de moi"

"Je repense à tout ce que j'ai vécu, et je me demande pourquoi Dieu m'a donné tout ça à vivre. Tous ces obstacles. Quand ils m'ont mise à l'hôtel, ils m'ont dit qu'ils allaient m'appeler tous les jours. Et au final, ils ne m'appellent pas, ils ne font rien. A 15 ans et demi, je n'ai pas à être dans un hôtel toute seule. Je suis encore jeune, j'ai besoin de quelqu'un à côté de moi. Ils nous enlèvent de chez nos parents pour la violence, et ils nous mettent dans un truc où ils nous frappent encore, alors qu'on devrait être en sécurité là-bas. On n'est même pas en sécurité." 

"Je m'en fous complètement de ma vie"

Comment Océane occupe-t-elle ses journées ? "Je ne fais rien. Je me balade avec mes potes, et voilà." A-t-elle des projets? Des désirs? "Non, pour l'instant rien du tout. Je m'en fous complètement de ma vie. Ce qui peut m'arriver, franchement, je m'en fous complètement. J'ai plus rien à perdre. J'ai pas ma famille. J'ai personne." Quel avenir pour Océane ? Aujourd’hui, une personne sans domicile fixe sur quatre est un ancien enfant placé…

* Le prénom a été changé.

Extrait de "Enfants placés : les sacrifiés de la République", une enquête de "Pièces à conviction" diffusée le 16 janvier 2019 à 21 heures sur France 3.

Vous êtes à nouveau en ligne