Elevage : un foyer de fièvre catarrhale ovine découvert dans l'Allier

(La fièvre catarrhale ovine touche les ruminants (ovins, bovins, caprins) © Maxppp)

Un foyer de fièvre catarrhale ovine (FCO) ou maladie de la langue bleue, qui touche aussi les bovins, a été découvert en France a annoncé vendredi le ministère de l'Agriculture.

Une mauvaise nouvelle supplémentaire pour l'élevage français, confronté déjà à une forte crise. Selon le ministère de l'Agriculture, un foyer de fièvre catarrhale ovine (FCO), qui touche aussi des bovins, a été découvert dans l'Allier. 

La maladie, aussi appelée maladie de la langue bleue, véhiculée par un moucheron, n'est pas transmissible à l'homme. Mais elle impose des mesures de confinement des troupeaux qui entravent la commercialisation des animaux. Le ministère de l'Agriculture tenait une conférence de presse vendredi pour expliquer les mesures mises en place :

Des mesures pour "prévenir tout risque éventuel de propagation" indique le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll
--'--
--'--
Le ministère de l'Agriculture a précisé vendredi que l'animal malade avait été détecté dans un élevage bovin et ovin de l'Allier, grande région d'élevage. "Les analyses conduites sur 147 bovins ont montré 27 cas positifs et sur 175 ovins, 6 cas positifs ", a précisé le ministre, Stéphane Le Foll. L'élevage concerné a été aussitôt placé "sous surveillance renforcée et les mouvements d'animaux bloqués au sein de l'exploitation ", a-t-il précisé. De plus l'élevage concerné est isolé par une "zone de protection et de surveillance de 150 km de diamètre ".

Le Comité national d'orientation de la politique sanitaire animale et végétale doit se réunir lundi pour envisager les mesures supplémentaires. "Dès la semaine prochaine nous aurons 1,3 million de doses de vaccin à notre disposition ", a annoncé Stéphane Le Foll. "J'envisage de vacciner massivement mais le périmètre dépendra des informations qu'on aura ", a-t-il ajouté.

Un vrai coup dur pour l'éleveur, dans un secteur déjà très touché par la crise, le président de la FNSEA de l'Allier Emmanuel Ferrand
--'--
--'--

Dernier foyer en France en 2010

Cette maladie se traduit sur le troupeau par de fortes fièvres, un gonflement de la tête de l'animal et le bleuissement de sa langue. Elle peut attaquer les ovins, bovins, caprins, et n'affecte pas la qualité de leur viande. La direction générale de l'alimentation (DGAL) affirme que la maladie n'impose "pas d'abattage massif car la plupart des animaux guérissent, même si certains peuvent mourir ".

Le dernier foyer identifié en France remontait à juin 2010 dans les Alpes-Maritimes. La France avait été déclarée indemne en juin 2012. Autrefois considérée comme exotique, cette maladie est favorisée par la mondialisation et le changement climatique.

Plus de précisions sur le site de l'Anses

Gérard Etien est éleveur d'ovins dans l'Allier, administrateur du syndicat des éleveurs de moutons du département, il se souvient de l'épidémie qui avait déjà touché l'Allier en 2008
--'--
--'--