Lutte contre le tabagisme : dix ans de politiques publiques pour rien ?

Dix ans après une hausse radicale du prix du tabac, en 2003, la cigarette attire toujours autant les Français, selon la Cour des comptes.
Dix ans après une hausse radicale du prix du tabac, en 2003, la cigarette attire toujours autant les Français, selon la Cour des comptes. (VIRGINIA STAR / FLICKR RM / GETTY IMAGES)

La Cour des comptes dénonce l'inefficacité de certaines actions, dans un rapport cité par Europe 1.

SOCIETE – La Cour des comptes est sévère. Dans un rapport qu'elle doit remettre aux députés jeudi 13 décembre, l'instance de contrôle dresse un bilan médiocre de dix années de politiques publiques censées lutter contre le tabagisme en France. Les Français fument toujours autant (une personne sur trois) et les campagnes multiples et variées contre le tabac n'ont visiblement pas eu l'effet escompté. Voici les principales conclusions de ce bilan, rapportées par Europe 1.

Un constat amer

• L'augmentation des prix est la seule mesure qui ait un impact sur la consommation, affirme la Cour des comptes, qui préconise néanmoins une hausse radicale. "En 2003, les prix avaient bondi de 40% en un an avec un effet immédiat sur la consommation", explique Europe 1.

• Les campagnes de prévention seraient "utiles mais pas toujours efficaces". En cause notamment, le manque de moyens mis en œuvre. L'Etat dépenserait cent fois moins d'argent que pour lutter contre l'insécurité routière, alors que le tabac tue "vingt-trois fois plus" de personnes, selon Europe 1.

• Les sanctions en cas d'infraction (fumer dans les lieux publics, vendre des cigarettes aux mineurs, etc.) sont insuffisantes, voire inexistantes, regrette la Cour des comptes. 

Les principales recommandations

Augmenter les prix fortement, seul vrai moyen selon la Cour des comptes d'obtenir un résultat probant.

Cacher les paquets de cigarette dans les bureaux de tabac. L'objectif est de ne plus inciter à la consommation en "délinéarisant les stands des buralistes".

• Dissuader les plus jeunes de fumer. Pour cela, la Cour préconise de cibler tout particulièrement cette catégorie de population dans les campagnes de lutte anti-tabac.

Mettre en place de vraies sanctions, notamment à l'endroit des buralistes qui violeraient la loi. Le rapport propose par exemple de fermer temporairement un établissement qui n'aurait pas respecté l'interdiction de vendre des cigarettes aux mineurs.

Vous êtes à nouveau en ligne