En Suisse, la trisomie 21 pourra être dépistée par prise de sang

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

L'agence suisse pour les produits thérapeutiques a donné son feu vert à un nouveau test de dépistage de la trisomie 21 par simple prise de sang. Présenté comme une alternative à des méthodes plus risquées, comme l'amniocentèse, cet outil est cependant très contesté par les associations de défense des handicapés.

Il devrait être disponible à partir de mi-août en Suisse. Le test Prenatest, conçu par le laboratoire allemand LifeCodexx, a reçu il y a quelques jours l'autorisation de Swissmedic, l'agence nationale pour les produits thérapeutiques. Le principe de ce nouveau test : analyser des échantillons de sang de la femme enceinte afin de déterminer la présence ou non dans le foetus du syndrome de Down, plus connu sous le nom de trisomie 21.

C'est la première fois qu'un laboratoire propose un dépistage par simple prise de sang. Actuellement, les femmes enceintes ont la possibilité, au premier trimestre de la grossesse, de déterminer le risque de trisomie grâce à une échographie et des prélèvements sanguins. En cas de risque élevé, les médecins proposent alors une amniocentèse, une ponction de liquide amniotique, qui permet de poser le diagnostic de manière fiable.

Mais cette dernière méthode n'est pas sans risque : dans 1% des cas, elle peut provoquer une fausse couche. LifeCodexx affirme donc que son nouveau test pourra à terme constituer une "alternative sans risques" à l'amniocentèse.

L'arrivée de cette nouvelle méthode de dépistage provoque cependant la colère des associations qui luttent pour le droit à la vie des personnes trisomiques. Elles craignent que le test n'entraîne une hausse des IVG et une stigmatisation des parents qui auront fait malgré tout le choix d'élever un enfant trisomique.