VIDEO. "J’ai embarqué avec les narcos" : comment acheminer 500 kg de cocaïne via le fleuve Amazone

Accompagner la livraison de 500 kilos de cocaïne depuis la jungle colombienne où elle est fabriquée jusqu'à Paris où elle sera consommée : le 18 juin 2020, "Complément d'enquête" propose un document exceptionnel sur la nouvelle route de la poudre blanche. Dans cette étape, elle voyage du Pérou au Brésil avec Pedro, un ancien paysan devenu convoyeur de drogue.

Au Brésil, sur la rive du fleuve Amazone, une maison abandonnée. Elle sert de "planque" à un réseau de narcotrafiquants. C'est le point de collecte pour les petits passeurs comme Pedro, qui amène sa cargaison de cocaïne en barque depuis le Pérou. Sur le fleuve, pas de frontière, pas de douane... Dans la soirée, 500 kilos de poudre blanche produite en Colombie vont être réunis ici, pour une livraison qui va arroser l'Europe. Pour le moment, il y a 200 kilos, dont la majeure partie a déjà été compactée.

Depuis la Colombie où elle est produite, la valeur de la poudre a déjà doublé : un kilo vaut maintenant 1 600 euros. Au prix du gramme parisien, il y en aura pour environ 40 millions d'euros. C'est Miguel, un trentenaire qui dirige le réseau local, qui donne, à visage découvert, ces explications au journaliste. Ce journaliste, c'est Thierry Gaytán, qui enquête depuis plus de quinze ans sur le trafic de cocaïne. Il a grandi en Colombie, et l'un de ses amis d'enfance est devenu un important narcotrafiquant. Après des années de discussion, il a accepté de confier le reporter à ses "petites mains".

500 kilos de cocaïne colombienne destinés à l'Europe vont transiter par le fleuve Amazone 

Le journaliste a pu accompagner les narcotrafiquants dans la livraison de ces 500 kilos de drogue, sur la nouvelle route de la cocaïne, depuis la jungle colombienne où elle est fabriquée jusqu'à Paris où elle est consommée – en passant par le Pérou et le Brésil.

Pour cette étape, c'est avec l'aide de Pedro, le convoyeur, que le journaliste a rejoint la "planque" des trafiquants. Pedro lui a fait confiance car il est adoubé par le grand chef du réseau. Il a donc accepté de l'embarquer avec une partie de la livraison, qu'il cachait dans sa petite maison en pleine forêt amazonienne. Ils ont fait trois heures de barque depuis le Pérou pour arriver jusqu'au point de collecte. 

Ces hommes risquent la prison pour quelques centaines d'euros

A voir cet ancien paysan sexagénaire, rien ne laisserait supposer qu'il est depuis douze ans le maillon essentiel d'un trafic de drogue. Pourtant, c'est lui qui sera chargé du transport de la cocaïne, toujours en barque, jusqu'à la prochaine étape : Manaus, au Brésil. A chaque voyage, pour quelques centaines d'euros, il risque la prison. Mais selon lui, la police ne dérangera personne ici. Celui que Miguel surnomme le "vieux renard" avoue qu'il trafique des armes quand il ne "fait" pas de la coke. 

Extrait de "Medellín-Paris : j'ai embarqué avec les narcos", un document de "Complément d'enquête" à voir le 18 juin 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne