VIDEO. "J'ai embarqué avec les narcos" : la "mule" voyage avec 800 g de cocaïne dans les poignées télescopiques de sa valise

Pour un document à voir dans "Complément d'enquête" le 18 juin 2020, le journaliste Thierry Gaytán a gagné la confiance d'un réseau de narcotrafiquants. Dans cet extrait, une "mule" réceptionne au Brésil une valise aux poignées télescopiques bourrées de cocaïne, avant de prendre un avion pour Casablanca, au Maroc.

Pour un document exceptionnel à voir dans "Complément d'enquête" le 18 juin 2020, le journaliste Thierry Gaytán a suivi l'acheminement de 500 kilos de cocaïne depuis la jungle colombienne où elle est fabriquée jusqu'à Paris où elle est consommée – en passant par le Pérou, le Brésil... et le Maroc.

La cargaison de coke a été convoyée en barque sur le fleuve Amazone jusqu'à Manaus, au Brésil. L'équipe de Pedro, le responsable du transport de la drogue sur ce tronçon du voyage, a ensuite pris une voiture, et le chargement est arrivé à bon port à l'étape suivante : São Paulo, la plus grande ville du Brésil avec 12 millions d'habitants.

Dans les poignées de la valise, de la cocaïne par paquets de 100 grammes très compressés

Dans cet extrait, nous retrouvons Pedro à São Paulo. Cet ancien paysan est chargé d'une nouvelle mission : cacher de petites quantités de drogue pour leur faire traverser l'Atlantique par avion. La plus grosse partie des 500 kilos voyagera en bateau, dissimulée dans un conteneur. Pedro emmène le journaliste dans une planque en plein centre-ville. Dans un appartement, il va lui montrer ses secrets. La suite est enregistrée en caméra cachée.

Dans les tubes de la poignée télescopique d'une valise, Pedro introduit la cocaïne très compressée, en longs paquets cylindriques de 100 grammes. Rigoureusement indétectable selon lui, car le contenu des poignées restera opaque au scanner. Alors qu'il termine sa tâche, on sonne à la porte.

La "mule", une mère de famille au-dessus de tout soupçon, prendra l'avion pour Casablanca

Entre alors une femme d'une quarantaine d'années, souriante. Une mère de famille au-dessus de tout soupçon. En tant que Colombienne, Carmen risquerait d'être contrôlée ; aussi, le réseau de trafiquants lui a fourni un faux passeport argentin. Sous l'apparence d'une touriste, elle va faire la "mule" contre 3 000 euros. 

Avec la valise que lui confie Pedro, elle prendra le lendemain un vol pour Casablanca, au Maroc. C'est la nouvelle destination que privilégient les narcotrafiquants. Pas question en effet de prendre un vol direct pour Paris, trop surveillé par les douaniers...

Extrait de "Medellín-Paris : j'ai embarqué avec les narcos", un document de "Complément d'enquête" à voir le 18 juin 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne