L'OMS veut interdire la cigarette électronique aux mineurs

L\'OMS préconise une interdiction des publicités de la cigarette électronique lorsque celles-ci mettent en avant d\'éventuels bienfaits pour la santé.
L'OMS préconise une interdiction des publicités de la cigarette électronique lorsque celles-ci mettent en avant d'éventuels bienfaits pour la santé. (B. BOISSONNET / BSIP / AFP)

L'organisme des Nations unies plaide, en outre, pour une interdiction de la consommation dans les espaces publics fermés.

Contre la cigarette électronique, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) envisage toute une batterie de mesures. Elle a recommandé, mardi 26 août, d'interdire la vente de ce produit aux mineurs, estimant que sa consommation faisait planer de "graves menaces" sur les adolescents, ainsi que sur les fœtus.

La vente aux mineurs, déjà interdite en France 

Les alarmes lancée par l'OMS arrivent alors qu'un nouveau plan anti-tabac devrait être dévoilé par le gouvernement à la rentrée, selon les Echos. Faut-il interdire la cigarette électronique dans les lieux publics, au même titre que le tabac ? L'exécutif hésite à encadrer strictement le vapotage, qui a conquis entre 1 et 2 millions d'adeptes en France et généré une activité économique florissante. Mais la vente de e-cigarette aux mineurs est déjà interdite aux mineurs, depuis que l’Assemblée nationale a voté le 27 juin 2013 un amendement PS interdisant la vente de la cigarette électronique aux moins de 18 ans. 

 

Les experts se sont également prononcés pour l'interdiction dans les espaces publics fermés "au moins jusqu'à ce qu'il soit prouvé que la vapeur exhalée n'est pas dangereuse pour les personnes passant aux alentours". "Les preuves existantes montrent" que les cigarettes électroniques "ne sont pas de la simple 'vapeur d'eau'", comme le disent souvent leurs fabricants, a affirmé l'OMS.

Les publicités en ligne de mire

D'après l'OMS, il existe suffisamment de preuves pour mettre en garde les "enfants, adolescents, femmes enceintes et femmes en âge de procréer" sur les conséquences à long terme que peut avoir la consommation de cigarettes électroniques sur "le développement du cerveau". L'agence qui dépend des Nations Unies plaide en outre pour une interdiction des publicités pour ce produit lorsque celles-ci mettent en avant d'éventuels bienfaits pour la santé. 

Vous êtes à nouveau en ligne