Cannabis thérapeutique : une étude sur des malades de Parkinson va être menée à Marseille

Une feuille de cannabis cultivée dans la Creuse, le 7 mai 2018.
Une feuille de cannabis cultivée dans la Creuse, le 7 mai 2018. (MAXPPP)

Elle a pour but d'étudier les effets de l'inhalation de cannabis sur les troubles moteurs provoqués par la maladie, mais aussi l'anxiété et la dépression qu'elle peut provoquer.

Le cannabis thérapeutique, qui gagne du terrain aux Etats-Unis, sera-t-il un jour autorisé en France ? Une étude sur ses effets va en tout cas être menée par les hôpitaux marseillais auprès de malades de Parkinson, explique dans La Provence un des médecins qui mènera cette étude, mardi 19 février.

Selon le quotidien régional, une trentaine de patients vont être recrutés pour participer à cette étude, qui doit durer un an. Ils seront suivis à l'hôpital de La Timone, et testeront les effets du cannabis thérapeutique par inhalation.

"Dans un premier temps, nous allons étudier les principes actifs du produit (THC et CBD) afin de trouver sa combinaison optimale, à partir de cannabis de synthèse", explique Olivier Blin, chef du service de pharmacologie clinique de l'hôpital.

Une première étape vers une prescription ?

Les médecins se pencheront ensuite sur l'effet du cannabis sur les effets moteurs de la maladie de Parkinson, ainsi que pour d'autres troubles liés à la maladie, comme l'anxiété et la dépression qu'elle provoque chez les malades.

On va enfin dans le bon sens. Les médecins et la population commencent à comprendre que s'il est bien encadré et suivi, il n'y a pas de raison de priver les patients d'un produit qui améliorerait leur vie.Olivier Blindans "La Provence"

L'étude doit encore être validée par l'Agence nationale de sécurité du médicament. Si ses résultats sont concluants, le médecin pense qu'elle pourrait ouvrir la voie à l'autorisation de prescrire du cannabis aux malades français de Parkinson. "Si les effets observés sont majeurs, ça ira très vite. Mais nos résultats devront être validés par de nouvelles études", explique-t-il à La Provence.

Vous êtes à nouveau en ligne