Cannabis : les Français, plus gros consommateurs en Europe

Cannabis : les Français, plus gros consommateurs en Europe
Cannabis : les Français, plus gros consommateurs en Europe (Crédits Photo : © Pixabay / M. Maggs)

Le cannabis est la substance illicite la plus consommée, selon un rapport de l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies. 45% des Français l’ont déjà testé et 7,4% des adolescents en auraient un usage problématique.

Quel est l’état de la consommation de drogues en France ? L’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) répond à cette question dans l’édition 2019 de son rapport Drogues et addictions, données essentielles publié le 18 avril 2019. Principal résultat : le cannabis est la drogue illicite la plus consommée en France puisque près d’un adulte sur deux aurait déjà testé cette substance.

Plus précisément, le rapport de l’OFDT compte 45% d’expérimentateurs du cannabis parmi les adultes, 11% d’usagers dans l’année et 6% au cours du dernier mois. L’observatoire remarque également qu’en terme de consommation de marijuana, la France est en tête des pays de l’Union européenne, en particulier chez les jeunes filles : plus de 20% des consommatrices dans l’année ont entre 15 et 24 ans, un chiffre qui dépasse rarement plus de 15% dans les autres pays européens, selon le rapport de l’OFDT.

A lire aussi : Dépendance au cannabis : comment décrocher ?

7,4% des ados ont un usage problématique du cannabis

Un point qui inquiète particulièrement l’OFDT est que le public principalement touché par les drogues est un public jeune. Ainsi, à 17 ans, sur 10 jeunes, quatre ont expérimenté le cannabis et 7,4% de ces adolescents présentent un risque élevé d’usage problématique de cannabis. Une consommation susceptible "d’affecter leur scolarité, leur développement ou, à plus long terme, leur santé et leurs capacités cognitives", note l’OFDT. En effet, la maturation du cerveau s'étend jusqu’à l’âge de 25 ans, rappelle également l’Observatoire.

Tabac et alcool toujours largement consommés

Malgré une consommation en hausse, le cannabis ne détrône pas les substances licites que sont le tabac et l’alcool qui restent les produits les plus consommés. Ainsi, 27% des adultes fument du tabac tous les jours et 87% des 18-75 ans font usage de l’alcool au moins une fois dans l’année, ce qui en fait une pratique sociale majeure.
Du côté des adolescents, à 17 ans, sur 10 jeunes, neuf ont déjà bu de l’alcool et six ont essayé la cigarette. Un quart des jeunes (25%) ont poursuivi l’expérience et fument donc quotidiennement des cigarettes.

Mais l’OFDT observe une tendance à la baisse des consommations de ces deux substances depuis plusieurs décennies déjà. Pour le tabac, l’augmentation du prix des cigarettes et la mise en place du paquet neutre sont à l’origine de la baisse de consommation, selon l’Observatoire.

Cocaïne en hausse, MDMA encore rare

A l’inverse, la consommation de cocaïne serait quant à elle en hausse, avec 1,6% d’usagers dans l’année. "Elle s’explique notamment par une disponibilité accrue de ces produits et l’image positive dont ils bénéficient", note l’OFDT.

L’initiation aux autres substances comme les champignons hallucinogènes et la MDMA (ou ecstasy) reste rare puisque ces drogues ne seraient expérimentées que par 5% des adultes, sans évolution notable des pratiques.

Des conséquences sur la santé à tous les âges

A tous les âges, la consommation de drogue possède un impact sanitaire et social, déplore l’OFDT. Ainsi, "le tabagisme et la consommation nocive d’alcool constituent les deux premières causes de mortalité évitable en France, à l’origine d'un décès sur cinq (73.000 décès par an attribuables au tabac et 41.000 à l’alcool)" rappelle l’Observatoire. Le cannabis est également responsable d’intoxications aiguës, dont les cas sont en hausse depuis 2013 avec une trentaine de décès par an impliquant cette substance.

Des dommages sanitaires et sociaux sont également à déplorer, en particulier chez les jeunes consommateurs : risque d’hépatite C lié à l’usage de seringues, problèmes sociaux, maladies physiques ou encore psychologiques, liste enfin l’OFDT.

Vous êtes à nouveau en ligne