"Don d'organes. Pour sauver des vies, il faut l'avoir dit", un slogan qui imprègne cette année la campagne

La greffe d'organes sauve ou change la vie de personnes gravement malades: c'est cette réalité que met en avant l'Agence de la biomédecine pour cette 10e Journée nationale de réflexion sur le don d 'organes et la greffe, le 22 juin 2010.Des infos sont aussi disponibles sur www.ledonlagreffeetmoi.com ou en appelant leN° vert: 0 800 20 22 24

La greffe d'organes sauve ou change la vie de personnes gravement malades: c'est cette réalité que met en avant l'Agence de la biomédecine pour cette 10e Journée nationale de réflexion sur le don d 'organes et la greffe, le 22 juin 2010.

Des infos sont aussi disponibles sur www.ledonlagreffeetmoi.com ou en appelant leN° vert: 0 800 20 22 24

Un sondage Ipsos Santé indique que l'altruisme arrive au premier rang des motivations à exprimer sa décision sur le don d'organes: ainsi, 67% des personnes interrogées par téléphone en avril et mai (400 personnes de 15 ans et plus) disent qu'elles ont fait connaître leur position sur le don d'organes "parce qu'elles savent que la greffe sauve des vies".

Un autre mobile important est d'épargner à ses proches une décision difficile (une personne sur trois).

En France, l'inscription sur le registre national des refus (géré par l'Agence de la biomédecine) écarte du prélèvement les personnes inscrites. Pour les autres, les médecins demandent toujours aux proches, même si la personne décédée est en possession d'une carte de donneur (sans valeur légale).

Essentiel de le dire à ses proches
Pour faire respecter son choix, il faut donc le dire à ses proches pour qu'ils puissent en témoigner le cas échéant. Pour beaucoup, faire connaître sa position sur ce sujet difficile, puisqu'il évoque la mort, se fait à la faveur d'un moment ou d'un environnement favorable: 36% des personnes interrogées évoquent une conversation avec des proches, 18% une émission, un film, un article sur le sujet, 14% l'annonce d'une maladie ou un décès dans l'entourage.

En 2009, plus de 14.400 malades ont eu besoin d'une greffe d'organes. 1.481 donneurs décédés ont été prélevés et 4.580 malades greffés. Seules 5% des greffes ont été réalisées grâce à des donneurs vivants.

Le rein est l'organe le plus greffé (62% des greffes), suivi du foie (23%), du coeur (8%) et du poumon (5%).

L'Agence de la biomédecine met à la disposition plusieurs outils pour s'informer et se mobiliser.

Vous êtes à nouveau en ligne