La start-up Doctolib, valorisée à plus d'un milliard d'euros, va doubler ses équipes sur trois ans

Un smartphone avec l\'application doctolib qui annonce qu\'elle doubler le nombre de ses salariés d\'ici trois ans. 
Un smartphone avec l'application doctolib qui annonce qu'elle doubler le nombre de ses salariés d'ici trois ans.  (JULIO PELAEZ / MAXPPP)

L'application qui permet de réserver un rendez-vous médical annonce qu'elle veut se développer encore plus à l'étranger. 

La start-up franco-allemande Doctolib, spécialisée dans la prise de rendez-vous médicaux sur Internet, a annoncé mercredi 20 mars avoir levé 150 millions d'euros dans le but de s'implanter dans de nouveaux pays. Elle est maintenant valorisée à plus d’un milliard d’euros. Doctolib a ainsi rejoint le club très fermé des licornes françaises, ces jeunes sociétés du numérique dont la valorisation dépasse le milliard de dollars, comme Deezer, Blablacar et Vente-privée.com

L'objectif de la plateforme Doctolib "est de rapprocher les patients des professionnels de santé", a expliqué mercredi sur franceinfo Stanislas Niox-Château, cofondateur et président de Doctolib. La plateforme, qui emploie "750 personnes un peu partout en France va doubler" la taille de ses équipes "sur les trois prochaines années", assure-t-il.

franceinfo : Comment expliquer votre succès ? Est-ce que vous vous y attendiez ?

Stanislas Niox-Château : On s'y attendait, mais pas à ce point-là. On a créé Doctolib en 2013 avec un projet simple qui était de dire : il faut essayer d'améliorer l'accès aux soins des patients français. Pour le faire, il faut créer des cabinets du futur et des hôpitaux du futur avec les praticiens. On pensait que cela prendrait plus de temps. Il y a eu un engouement fort. On est 750 personnes un peu partout en France et on va à la rencontre des cabinets et des établissements pour transformer l'organisation de leur secrétariat et plus largement de leur cabinet.

Comment allez-vous étendre votre système ?

On va doubler la taille de nos équipes sur les trois prochaines années. On a créé 750 emplois sur les quatre premières années. On va déployer notre service de vidéoconsultation. Aujourd'hui il est possible de faire une téléconsultation sur Doctolib, d'avoir une prescription en ligne, de payer le médecin en ligne. Et on va internationaliser notre concept. On a un succès en France et en Allemagne. On va essayer de le répliquer dans d'autre pays.

Vous n'êtes pas en train de mettre trop de distance entre les patients et les médecins ?

C'est exactement l'inverse. On a 30 millions de Français sur le site par mois. Le service est gratuit. Il permet à tous les patients de prendre un rendez-vous 24h/24, de gérer leur carnet de santé et de le faire de manière simple. Le service est utilisé partout en France par tous les âges. L'objectif est de rapprocher les patients des professionnels de santé et qu'ils aient plus de temps pour traiter les patients complexes, les urgences et faire plein d'autre choses pour leurs patients.

Vous êtes à nouveau en ligne