VIDEO. "13h15". Climat : pourquoi il faut protéger la plus grande tourbière tropicale qui séquestre le dioxyde de carbone

La tourbière découverte dans la forêt équatoriale congolaise recèle des millards de tonnes de carbone ! La protéger des appétits des entreprises forestières et de l’agriculture industrielle est un enjeu climatique majeur… Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 2 décembre.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le chercheur anglais Simon Lewis a découvert dans le bassin du Congo, grâce à des images satellite, la plus grande tourbière tropicale au monde. C’est aujourd’hui un immense marécage qui a accumulé près de 30 milliards de tonnes de carbone, l’équivalent de trois ans d’émissions mondiales liées aux énergies fossiles. Une véritable bombe à retardement pour l’environnement, si l’on n’y prend pas garde.

Ce jour-là, il prélève des carottes de tourbe à environ trois mètres de profondeur avec Greta Dargie qui a été son étudiante. Elle est aujourd’hui, selon lui, "une experte qui en sait plus sur le Congo, la tourbière et les marais que n’importe qui dans le monde, d’un point de vue scientifique". La jeune femme mesure le résultat du premier carottage : "De cinquante à soixante-treize centimètres, je vois que c’est en majorité décomposé", mesure la chercheuse satisfaite.

"Une molécule relâchée ici ferait le tour de la planète en trois ou quatre semaines"

Les deux spécialistes enroulent la précieuse carotte dans un film plastique et Simon décrit le chemin qui l’attend : "Elle va aller dans un camion jusqu’à Mbandaka, puis en avion jusqu’à Kinshasa et enfin jusqu’à Londres pour rejoindre les laboratoires de l’université de Leeds. Greta et les techniciens vont y analyser les échantillons. Et on va être capable de déterminer combien de carbone exactement est stocké dans cette tourbière." Et si elle est détruite, notamment par les entreprises forestières et l’agriculture intensive, le carbone part dans l’atmosphère…

"Cela va renforcer tous les signes du changement climatique, comme les climats extrêmes que l’on a vus en Europe, explique Simon Lewis. Quand le carbone est relâché, il se mélange très bien à l’atmosphère. Une molécule relâchée ici ferait le tour de la planète en trois ou quatre semaines. Alors, ce qui se passe ici est connecté à l’Europe et ce qui se passe en Europe est connecté à ce qui se passe ici. Le changement climatique est un problème global." La plus grande tourbière tropicale au monde est bien un enjeu climatique majeur et il y a urgence à protéger la forêt…

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne