VIDEO. Un tétraplégique bouge la main grâce à une puce implantée dans son cerveau

AlloDocteur

Pour la première fois, un patient tétraplégique parvient à faire bouger sa main grâce à sa pensée. Cette prouesse médicale a été réalisée par une équipe de chercheurs américains. Ils ont implanté dans le cerveau d'un jeune paralysé de 24 ans une puce d'ordinateur qui permet de transmettre un message jusqu'aux muscles du bras et de la main. Ces travaux exceptionnels ont été publiés dans la revue Nature.

Victime d'un accident qui l'a laissé tétraplégique à 19 ans, Ian Bukhart était incapable de lever son poignet. Sa moelle épinière a été rompue et les ordres de mouvements en provenance de son cerveau ne pouvaient plus arriver jusqu'à ses muscles. Une électrode a donc été placée juste au-dessus de la zone de son cerveau qui commande sa main, précisément identifiée avant l'opération qu'il a subie.

Le docteur Georges Abi Lahoud, neurochirurgien à l'Hôpital Sainte-Anne de Paris, précise le fonctionnement de ce dispositif : "Quand la personne dit « moi je veux bouger ce doigt », quelque chose s'allume au niveau du cerveau et c'est ce qui va être repris par l'électrode qui a été posée au contact de cet organe pour être transmis à un ordinateur. Cet ordinateur analyse l'information et la repasse aux électrodes qui sont attachées au poignet et aux doigts du patient. La personne porteuse d'une blessure de la moelle épinière va pouvoir commander de façon externe mais volontaire certains mouvements".

L'opération a eu lieu en 2014 et Ian continue de progresser grâce à trois séances d'entraînement par semaine. Désormais, il parvient à attraper et à tenir des objets fermement avec sa main sachant que son bras n'était pas entièrement paralysé.

"Il faut vraiment qu'il y ait pour l'instant des mouvements au niveau du coude, des mouvements au niveau de l'épaule mais surtout pas de contractures musculaires au niveau de la main qui l'empêcheraient d'effectuer les mouvements qu'elle reçoit", ajoute le Dr Lahoud.

Si depuis son accident, les muscles de la main de Ian n'avaient pas été en permanence entretenus par de la kinésithérapie, il n'aurait jamais pu bénéficier de cette incroyable stimulation artificielle.