Un premier essai de thérapie cellulaire pour des maladies de la vision en France

Un ophtalmologue examine le fond d\'oeil d\'un enfant.
Un ophtalmologue examine le fond d'oeil d'un enfant. (CORTIER CLAUDE / MAXPPP)

L'AFM-Téléthon et l'Institut de la vision ont annoncé mercredi qu’un premier essai de thérapie cellulaire pour des maladies de la vision en France devrait avoir lieu, d'ici environ un an, sur une douzaine de patients atteints de rétinite pigmentaire.

Un premier essai de thérapie cellulaire pour des maladies de la vision en France devrait avoir lieu, d'ici environ un an, sur une douzaine de patients atteints de rétinite pigmentaire, annoncent mercredi 20 décembre l'AFM-Téléthon et l'Institut de la vision.

Les rats greffés présentaient de meilleures performances visuelles

Après treize semaines d’observation, une équipe de chercheurs français ont constaté que les rats greffés à l’aide d’un patch présentaient de meilleures performances visuelles et sur un plus long laps de temps par rapport aux animaux ayant reçu les cellules en suspension.

Une équipe de chercheurs français ont amélioré la vision de rats atteints de rétinite pigmentaire, grâce à la greffe d’un pansement cellulaire obtenu à partir de cellules souches embryonnaires humaines.

Forts de ces résultats, les chercheurs déposeront dans les semaines qui viennent une demande d’autorisation pour un essai clinique de phase I/II à l'hôpital parisien des Quinze-Vingts, sous la responsabilité du Pr. José-Alain Sahel.

Vers une thérapie cellulaire des rétinites pigmentaires

Les résultats publiés ce mercredi dans Science Translational Medicine, réalisés notamment grâce aux dons du Téléthon, ouvrent la voie à la thérapie cellulaire des rétinites pigmentaires d’origine génétique mais aussi de maladies dégénératives de la rétine très fréquentes comme certaines formes de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

En France, près de 30 000 personnes sont concernées par des rétinites pigmentaires - un ensemble de maladies rares de la vision - et plus de 1,5 million par la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Ces pathologies, encore incurables, sont caractérisées par une dégénérescence progressive des cellules de la rétine conduisant, à terme, à la cécité.