Science : le tabou de l'hybride homme animal franchi

Le Japon devient le premier pays au monde à autoriser la création d'embryons animaux contenant des cellules humaines. Dans le futur, ils espèrent créer des organes humains dans des animaux hybrides pour pallier au don d'organes.

"Cela a pris dix ans, mais nous pouvons enfin commencer l'expérience", révèle Hiromitsu Nakauchi, un généticien. Ce Japonais est heureux, il va pouvoir essayer de développer des organes humains dans le corps d'animaux. Le premier pas d'un long chemin pour fabriquer des reins, foies ou cœurs d'hommes à l'intérieur d'un cochon par exemple. Jusqu'à présent, les États-Unis et le Japon obligeaient les chercheurs à détruire leurs embryons au bout de deux semaines. Tokyo est passé outre grâce à la rigueur de ce chercheur.

Besoin de greffes

Une nouvelle qui pourrait évidemment intéresser les demandeurs de greffes, comme en France où ils étaient 24 791 en 2018. Mais la vigilance reste de mise puisque les scientifiques ne veulent pas retrouver de pancréas humain dans le cerveau d'un porc par exemple. Un débat bioéthique est désormais relancé. Jusqu'alors, des chercheurs avaient réussi à mélanger des animaux entre eux. Beaucoup avaient essayé de faire accepter ce mélange humain-animal.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne