Son implant contraceptif glisse dans son poumon !

Son implant contraceptif glisse dans son poumon !
Son implant contraceptif glisse dans son poumon ! (© BMJ Case Reports)

Ce type d’événements, très rare, peut se produire quand l’implant est inséré trop profondément dans le bras. Aujourd’hui, la jeune femme va bien.

C’est un événement hautement improbable que nous rapporte le BMJ Case Reports dans son édition de juillet. Il y a peu de temps, une jeune femme se rend à l’hôpital de Viana do Castelo, près de Porto (Portugal), pour des saignements vaginaux anormaux. Cette trentenaire, qui utilise des implants contraceptifs depuis huit ans sans aucun problème notable, saigne depuis trois mois.

Il est probable que l’implant soit passé dans le système sanguin

Après l’avoir admise au département gynécologie de l’établissement, les médecins touchent son bras pour sentir son implant – une petite tige rigide – mais ne trouvent rien. Ils font alors passer un scanner à la patiente, qui révèle que l’implant a migré au fond de son poumon gauche.

Comme les auteurs de l’article l’expliquent dans le BMJ Case Reports, il est probable que l’implant soit passé dans le système sanguin de la jeune femme. "Si l’implant est introduit trop profondément, il peut migrer dans le système veineux, puis dans les artères pulmonaires", développent-ils. De plus, une activité physique intense peut augmenter le risque de migration, selon eux. "Le risque est également plus élevé chez les femmes très minces" ajoute la Dre Tania Adib, gynécologue, interrogée par le Daily Mail.

Il est important de contrôler régulièrement son implant

La patiente subit alors une intervention pour retirer l’implant. Elle est aujourd’hui hors de danger. A ce jour, les médecins qui l’ont prise en charge sont incapables d’expliquer ses saignements continus, même s’il est normal que ses règles aient redémarré après l’arrêt du fonctionnement de l’implant.

"Peu de cas" de migration d’un implant dans un poumon ont été documentés, selon les auteurs de l’article. Ceux-ci rappellent que le risque est extrêmement faible, mais que les femmes qui en portent doivent contrôler régulièrement la position de leur implant.

Vous êtes à nouveau en ligne