Les pilules contraceptives provoquent 20 décès par an en France, selon l'Agence du médicament

Des boîtes de pilules contraceptives dans une pharmacie de Caen (Calvados), le 13 octobre 2009.
Des boîtes de pilules contraceptives dans une pharmacie de Caen (Calvados), le 13 octobre 2009. (MYCHELE DANIAU / AFP)

Par ailleurs, elles sont à l'origine de plus de 2 500 accidents chaque année, par formation de caillots dans les veines.

Les pilules contraceptives, toutes générations confondues, entraînent chaque année plus de 2 500 "accidents" par formation de caillots dans les veines et 20 "décès prématurés" de femmes, selon un rapport diffusé mardi 26 mars par l'Agence du médicament (ANSM).

Utilisés par 4,27 millions de femmes (chiffres de 2011), les contraceptifs oraux combinés (COC) provoquent chaque année "en moyenne" 2 529 accidents thromboemboliques veineux et "20 décès prématurés", dont 14 sont "attribuables"aux pilules de 3e et 4e génération, indique ce rapport qui porte sur les années 2000 à 2011.

Des risques de caillots sanguins

En janvier, deux millions et demi de femmes prenaient des pilules de 3e et 4e générations, soit la moitié des femmes sous pilule en France. Un nombre de prescriptions jugé excessif par les autorités sanitaires.

Les risques de caillots sanguins des contraceptifs oraux combinant deux hormones, dits de 3e et 4e générations, ont fait la une des médias depuis l'annonce mi-décembre dernier de la plainte, contre Bayer, de Marion Larat. Cette jeune femme de 25 ans attribue l'accident vasculaire cérébral (AVC) dont elle a été victime à la prise de la pilule de 3e génération, Meliane.

Vous êtes à nouveau en ligne