Prothèses mammaires : plusieurs modèles interdits

FRANCE 2

Depuis jeudi 4 avril, la France interdit quatre modèles de prothèses mammaires. 95 références sont soupçonnées de pouvoir provoquer une forme rare, mais grave, de cancer. Cela concerne 70 000 femmes.

Les implants mammaires macro-texturés en silicone rugueux seront interdits dès vendredi 5 avril. Ces cinq dernières années, 70 000 femmes ont été opérées en France avec l'un de ces implants, mais plusieurs modèles sont soupçonnés de favoriser une forme rare de lymphome. 688 cas ont été recensés dans le monde dont 59 en France, qui ont mené à trois décès. Le professeur Laurent Lantieri, chirurgien plastique à l'hôpital Georges Pompidou (Paris), alertait depuis longtemps sur la dangerosité de ces prothèses. "C'est vraiment ce côté abrasif qui pose un problème", explique-t-il en parlant de la texture des implants. 

95 références retirées du marché 

Les mécanismes biologiques de la maladie restent pour l'instant inconnus. Il n'y aurait cependant pas d'inquiétude à avoir pour les femmes qui portent actuellement ce type de prothèses, selon le Dr Jacques Saboye, président de la société française de chirurgie plastique. Il faut simplement surveiller, notamment un gonflement des seins. "Une fois par an, cela me parait raisonnable", détaille-t-il. Françoise Cote, elle, ancienne victime et membre de l'association Dans l'enfer des prothèses mammaires, prône leur interdiction totale. Au total, 96 références vont être retirées du marché par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne