"On a été lynchées, insultées" : les chasseuses voulaient faire un don contre le cancer, elles ont récolté des menaces

Les adhérentes de l\'assocation des Dianes chasseresses de la Mayenne, le 21 octobre 2018.
Les adhérentes de l'assocation des Dianes chasseresses de la Mayenne, le 21 octobre 2018. (DIANES CHASSERESSES DE LA MAYENNE)

Après une levée de bouclier sur les réseaux sociaux et une pétition, la Ligue contre le cancer a préféré renoncer aux 2 000 euros proposés par les Dianes chasseresses de la Mayenne. Nous avons contacté des membres de cette association, qui ont été menacées de mort.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Ces 2 000 euros étaient trop embarrassants. La Ligue contre le cancer a refusé, mardi 30 octobre, le don proposé par les Dianes chasseresses de la Mayenne, une association de chasseuses de Laval. "Je trouve cela scandaleux qu'on refuse de l'argent pour soigner des gens qui souffrent le martyr et qu'on se taise devant des fanatiques", explique à franceinfo Isabelle Mézières, présidente de l'association.

Les "fanatiques" qu'elle décrit, ce sont les internautes qui se sont mobilisés pour faire pression sur la Ligue contre le cancer, afin qu'elle refuse le don. Tout commence le 21 octobre. A l'occasion d'Octobre rose, le mois de mobilisation contre le cancer du sein, l'association organise une battue afin de récolter de l'argent pour la lutte contre le cancer du sein. Des images de l'événement, baptisé Ensemble chassons le cancer, sont diffusées sur Facebook et France Bleu Mayenne lui consacre un reportage.

Dans la semaine qui suit, les insultes de militants anti-chasse pleuvent sur le réseau social. "On a été lynchées, humiliées, insultées, affirme la présidente de l'association. On nous a traitées de nazis et de salopes, on nous a dit qu’on méritait la mort, un cancer, qu’on était à vomir." L'association va porter plainte pour insultes et menaces de mort.

Je ne m'attendais pas à subir une telle humiliation, avec des menaces de mort. Je suis tombée de très haut, ça fait très peur.Isabelle Mézièresà franceinfo

Sur son profil personnel, certains internautes vont jusqu'à l'insulter sous une photo familiale avec l'un de ses fils.

Capture d\'écran de messages reçus sur Facebook par Isabelle Méziéres sous la photo de son fils.
Capture d'écran de messages reçus sur Facebook par Isabelle Méziéres sous la photo de son fils. (FACEBOOK)

Dans la foulée, une pétition qui demande à la Ligue contre le cancer de "refuser l'argent issu de la mort et de la cruauté" est mise en ligne sur Change.org. Dans un courrier adressé par la suite à la Ligue, l'initiateur de cette pétition dénonce "une belle vitrine" pour le "lobby de la chasse" et une "récupération" du "noble combat contre le cancer". "Ce lien entre la mort donnée à des animaux et la lutte pour la vie qu'incarne votre institution est apparu, au mieux, inadéquat et, au pire, irrespectueux et indigne pour les malades du cancer", argumente-t-il.

"Ils ont eu peur de la polémique"

Face à cette levée de boucliers, la Ligue contre le cancer a préféré reculer et refuser le don. "J'ai reçu un appel du national, qui m'a dit qu'il fallait refuser. Ils ont eu peur de la polémique", raconte Bernadette Perrot, la présidente de l'antenne locale, un peu dépassée par l'ampleur des réactions. Contactée par franceinfo, la Ligue nationale n'a pour l'heure pas répondu à nos sollicitations. "Se faire traiter de nazie parce qu'on tue un sanglier, un animal qui pourrait provoquer un accident et tuer une mère de famille sur la route, ce n'est pas normal", développe pour sa part Bernadette Perrot, convaincue de l'utilité de la chasse pour limiter la prolifération de cet animal.

Nous ne sommes plus en démocratie, ce sont ceux qui font le plus de bruit qui gagnent.Bernadette Perrotà franceinfo

Ce refus a provoqué la colère du président de la Fédération nationale des chasseurs. Sur Twitter, Willy Schraen appelle à boycotter les dons à cette "association ruralophobe et adepte du chasse bashing".

Vous êtes à nouveau en ligne