Les cellules graisseuses impliquées dans l'agressivité des tumeurs ?

Les cellules graisseuses situées à proximité des cellules tumorales pourraient être impliquées dans l'agressivité du cancer selon une étude publiée dans Cancer Research. En libérant des vésicules, sorte de petits sacs contenant des molécules spéciales, elles permettraient aux cellules tumorales qui les captent d'augmenter leur production d'énergie et de devenir plus invasives.

L'obésité est associée à l'apparition de cancers agressifs. Les mécanismes à l'origine de cet effet sont en grande partie méconnus. Une équipe de chercheurs du CNRS de Toulouse vient d'en décrypter un. De manière plus générale, ils ont soulevé l'importance de la proximité des cellules graisseuses  comme une des pistes pouvant expliquer l'agressivité des cellules tumorales au même titre que la petitesse des cellules, par exemple, les rendant plus susceptibles de migrer pour former des métastases.

Plus d'énergie pour les cellules tumorales qui deviennent agressives

Les cellules du corps ont de multiples stratégies pour dialoguer entre elles. L'une d'elle est d'échanger des vésicules, sorte de petits sacs contenant des nutriments et des messagers comme des protéines ou du matériel génétique.

Les cellules graisseuses ou adipocytes n'échappent pas à la règle, elles libèrent ces petits sacs à destination des cellules qui leur sont proches. Mais elles ont une particularité : elles contiennent une plus grande quantité de protéines capables de transformer les lipides en énergie.

En laboratoire, les chercheurs ont montré que la libération des ces vésicules pouvait favoriser l'agressivité de certains cancers situés à proximité de zones riches en graisse. En effet, si des cellules cancéreuses sont proches de tissus riches en adipocytes, elles captent des lipides ainsi que ces petits sacs dont le contenu leur permet de créer de l'énergie à partir des graisses et d'être plus agressives.

L'amplification de ce mécanisme observé chez les personnes obèses, pourrait expliquer l'agressivité de leurs cancers. Les chercheurs ont montré, chez la souris et chez l'homme, que les individus obèses sécrètent ces vésicules en plus grand nombre et sous une forme différente. Ces deux phénomènes contribuent à amplifier leur effet sur l'agressivité des tumeurs.

Une piste de traitement pour moduler l'agressivité des cancers

En laboratoire, quand les chercheurs ont inhibé dans les cellules tumorales cette manière de produire de l'énergie à partir des lipides, l'effet sur l'agressivité des cellules tumorales était annulé. Les scientifiques cherchent à comprendre le mécanisme exact du dialogue moléculaire entre les vésicules et les cellules tumorales.

Des médicaments inhibant une des façons de produire de l'énergie à partir des graisses ayant déjà été développés par l'industrie pharmaceutique pour d'autres maladies, les chercheurs étudient désormais cette nouvelle piste thérapeutique qui pourrait permettre de diminuer l'agressivité des cancers, en particulier chez les individus obèses.

Cancer Research May 5, 2016 doi: 10.1158/0008-5472.CAN-15-2831 Metastasis Stimulation by Hypoxia and Acidosis-Induced Extracellular Lipid Uptake is Mediated by Proteoglycan-Dependent Endocytosis