Photo : ©GettyImages-544871452
Photo : ©GettyImages-544871452

Johnny Hallyday : la mort d’une icône

Le célèbre chanteur s’est éteint cette nuit, dans sa maison de Marne-la-coquette (78) à l’âge de 74 ans. Il souffrait d’un cancer du poumon depuis plusieurs mois.

Johnny Hallyday est décédé dans la nuit de mardi à mercredi. Le rocker avait révélé son cancer du poumon sur les réseaux sociaux en mars dernier.

« On m’a effectivement dépisté, il y a quelques mois, des cellules cancéreuses pour lesquelles je suis actuellement traité. Je suis suivi par d’excellents professeurs en qui j’ai une totale confiance. Mes jours ne sont aujourd’hui pas en danger. C’est un combat que je mène fièrement avec ma femme Laeticia et mes proches. J’irai au bout pour tous ceux qui m’aiment », pouvait-on alors lire sur son compte Twitter.

Peu de temps après, on apprenait que la star avait débuté une chimiothérapie. Johnny Hallyday révéla que des métastases s’étaient développées dans ses poumons, son foie et son estomac. Il avait malgré tout décidé de continuer la tournée des Vieilles Canailles, en compagnie d’Eddy Mitchell et de Jacques Dutronc, et avait même assuré deux représentations à l’AccorHotel Arena.

Une espérance de guérison nourrie par les progrès de la cancérologie

La star est restée très discrète sur les traitements dont elle a bénéficié et qui lui ont cetainement permis de monter sur scène cette été. Ces dernières années, les pronostics associés aux cancers du poumons ont grandement progressé avec le développement de l'immunothérapie.

A lire aussi : Cancer du poumon : en quoi consiste l'immunothérapie ?

En effet, après un diagnostic de cancer pulmonaire, l'espérance de vie à 5 ans était inférieure à 20% jusqu'à l'apparition – au cours de la décennie – de ces stratégies d'immunothérapie (qui aident le système immunitaire du patient à reconnaître les cellules malades comme une entité à combattre). Néanmoins, leur succès est encore conditionné à de nombreux facteurs biologiques, et seuls certains patients répondent à ces traitements sur le long terme.

Des problèmes de santé à répétition

Accidents de voiture, drogue, alcool, hernie discale, problèmes de hanche, dépression… ces dernières années, le chanteur avait rencontré de nombreux problèmes de santé.

En septembre 2009, son état de santé avait entraîné un phénomène de panique parmi ses fans. Le chanteur avait annoncé aux journalistes de Télé Star avoir été pris en charge à Neuilly pour un « petit » cancer du colon. Il avait ainsi démenti les communiqués de son entourage, qui assurait que son séjour à l’hôpital était dû à un simple contrôle de routine. La même année, en novembre, à la suite d'une opération pour une hernie discale effectuée par le Dr Stéphane Delajoux, il avait été hospitalisé en urgence. Les médecins ayant constaté une infection postopératoire avaient dû l’opérer de nouveau. Il avait été placé deux semaines en coma artificiel. Sa convalescence avait duré plusieurs mois.

En 1995, Johnny avait déjà souffert d’une grave hernie discale et s’était vu obligé d’annuler plusieurs concerts. Son répit avait été de courte durée, puisqu’une nouvelle crise était survenue un an plus tard. Il avait été opéré une nouvelle fois. En 2011, on apprenait que le chanteur avait été hospitalisé pour sa hanche, afin de remplacer une prothèse. Il avait dû observer un repos de quatre semaines.

Une vie entre drogue et dépression

Le mode de vie de Johnny Hallyday a toujours fasciné les Français. Chez Thierry Ardisson ou dans les colonnes du Monde, le rocker affirmait sans détour avoir pris de la cocaïne pendant plusieurs années. Il ne cachait pas non plus ses problèmes d’alcoolisme. Même s’il le déplorait, il assurait que boire l’aidait à calmer ses angoisses.

Peut-être était-ce pour lutter contre cette anxiété que Johnny trompait régulièrement la mort. Entre 1961 et 1970, le chanteur s’était retrouvé impliqué dans quatre graves accidents de la route, l’un provoquant l’hospitalisation de sa femme d’alors, Sylvie Vartan, pendant quatre mois.

Le chanteur n'a par ailleurs jamais caché souffrir de graves problèmes de dépression. En 1966, quand Sylvie Vartan avait demandé le divorce, Johnny s’était taillé les veines et avait avalé de grandes quantités de barbituriques. En 2013, dans le journal Gala, Sylvie Vartan, évoquant leur liaison, affirmait avoir beaucoup souffert « de sa nature instable et de le voir souvent malheureux ».

Un monument de la chanson française

Johnny Hallyday, de son vrai nom Jean-Philippe Smet, a popularisé le rock’n roll dans l’Hexagone à partir des années 1960. En plus de 55 ans de carrière, il avait réussi à s’imposer comme l’un des artistes les plus populaires de sa génération capable de fédérer plusieurs dizaines de milliers de spectateurs, qui reprenaient ses succès à l’unisson.

Le chanteur a vendu plus de 110 millions de disques et enregistré plus de 1000 morceaux. Et il ne comptait plus les récompenses : 40 disques d’or, 22 disques de platine, 5 disques de diamant et 10 Victoires de la musique.

la rédaction d'Allodocteurs.fr