Chimiothérapie : refroidir le crâne pour limiter la perte des cheveux ?

Le refroidissement du cuir chevelu permettrait de lutter contre un des effets secondaires les plus désagréables de la chimiothérapie, selon une nouvelle étude publiée dans le JAMA.

La perte de cheveux induite par une chimiothérapie est souvent perçu comme l’un de ses effets indésirables les plus pénibles. Cette alopécie découle du fait que les traitements ciblent des cellules à croissance rapide, celles des tumeurs… mais également les follicules pileux.

Pour limiter la chute des cheveux, divers centres de cancérologie de par le monde proposent aux patients de recourir à un système de refroidissement du cuir chevelu. Le postulat est qu’en resserrant les vaisseaux sanguins (vasoconstriction), le froid va diminuer le flux sanguin, et donc le taux d’absorption d’agents de chimiothérapie par les follicules pileux. Le froid pourrait également ralentir l’activité des cellules, et donc leur sensibilité au traitement. Mais est-ce que cela fonctionne réellement ?

Jusqu'à présent, des études suggérant l’efficacité du traitement avaient été réalisées sur des patients présélectionnés par les équipes médicales. Il manquait donc une étude portant sur des malades répartis au hasard entre bénéficiaires du refroidissement du cuir chevelu et "groupe témoin" – ce que l’on nomme une étude "randomisée" – afin de mieux connaître l’intérêt du procédé.

Les chercheurs de l'étude publiée dans le JAMA le 14 février 2017, ont évalué un dispositif particulier de refroidissement (à 22°C) du cuir chevelu – l’essai clinique a été commandé par son fabricant – chez 182 femmes atteintes de cancer du sein, âgées de 52 ans en moyenne. Un tiers était traité sous anthracycline, les deux tiers restant sous taxane. Un succès était enregistré pour toute absence d’alopécie ou, si la perte de cheveux n’excédait pas 50%, après la quatrième séance de chimiothérapie.

Au terme de l’expérience, "48 des 95 femmes bénéficiaires du refroidissement" étaient efficacement protégées, contre "0 des 47 femmes du groupe témoin". Extrapolés à la population générale, ces résultats suggèrent un taux d’efficacité du dispositif d’au moins 40%. Des effets indésirables non graves (mal de crâne, nausées, douleurs au niveau des sinus) ont été rapportés par 54 patientes.

Les chercheurs concluent à l’efficacité du dispositif. S’ils corroborent des recherches antérieures, il faut toutefois rester prudent. Une reproduction de ces résultats par des équipes indépendantes reste nécessaire avant de conclure quant à l'efficacité du refroidissement du crâne pour la prévention de l’alopécie.

la rédaction d’Allodocteurs.fr  

Vous êtes à nouveau en ligne