Cancer du sein : un nouveau traitement améliore la survie des malades

Cancer du sein : un nouveau traitement améliore la survie des malades
Cancer du sein : un nouveau traitement améliore la survie des malades (Crédits Photo : © Fotolia / hanack)

Le ribocuclib, un traitement qui agit sur la multiplication des cellules tumorales, améliore considérablement le taux de survie des femmes souffrant d’un cancer du sein hormonodépendant, selon un essai clinique international.

Comment améliorer la survie des femmes souffrant de cancer du sein ? Cette question fait partie des préoccupations qui animent le Congrès annuel de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago.

Des chercheurs de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) ont présenté à cette occasion les résultats d’un essai clinique international : selon eux, un nouveau type de traitement, le ribociclib, permet d’améliorer considérablement le taux de survie des femmes de moins de 60 ans atteintes d’un cancer du sein hormonodépendant.

A lire aussi : Cancer du sein : bientôt un test sanguin pour choisir le meilleur traitement ?

70% de survie après trois ans et demi

Mais de quoi s’agit-il précisément ? Le ribociclib est un inhibiteur du cycle cellulaire. Concrètement, il agit sur la réplication des cellules tumorales en bloquant leur multiplication. Selon ces chercheurs, ajouter cet inhibiteur à un traitement d’hormonothérapie permet de pousser le taux de survie jusqu'à 70%, après trois ans et demi. De même, le taux de mortalité chez les patientes ayant reçu ce traitement a été de 29% moins élevé que chez celles n'ayant reçu qu'un placebo.


Autre avantage : ce traitement est moins toxique qu'une chimiothérapie traditionnelle car il cible plus spécifiquement les cellules cancéreuses. D'après le docteur Harold Burstein, oncologue à l'institut américain Dana-Farber Cancer Institute à Boston qui n'a pas pris part à ces recherches, il s'agit bien d'une "étude importante" puisqu'elle démontre que réguler le cycle cellulaire "se traduit par une amélioration notable" du taux de survie, explique-t-il à l’AFP.

12.553 dollars pour 28 jours de traitement

Pour le moment,  l'étude ne s'est concentrée que sur des patientes souffrant d'un cancer du sein hormonodépendant, a expliqué à l'AFP l'autrice principale de ces travaux, la docteure Sara Hurvitz. L’essai clinique a ainsi réuni plus de 670 femmes de moins de 59 ans à un stade avancé du cancer du sein (stade 4) et qui n’avaient reçu aucun traitement antihormonal préalable.

Le ribociclib, commercialisé sous le nom de Kisqali par les laboratoires Novartis est administré par comprimé pendant 21 jours, suivi d'une pause de sept jours. Ce traitement de 28 jours coûte 12.553 dollars, mais "la majorité des patients disposant d'une assurance privée aux Etats-Unis ne payeront rien" a indiqué Jamie Bennett, une porte-parole des laboratoires Novartis.

De plus en plus de cancers du sein avancés avant la ménopause

Le cancer du sein hormonodépendant de stade 4 pourrait concerner 268.000 nouvelles femmes aux États-Unis en 2019. La forme la plus avancée de cette maladie est la première cause de décès liés au cancer chez les femmes âgées de 20 à 59 ans. Et bien que le stade avancé de cancer du sein soit moins commun chez les femmes avant la ménopause, sa fréquence aurait progressé de 2% chaque année entre 1978 et 2008 chez les Américaines âgées de 20 à 39 ans.

Vous êtes à nouveau en ligne