Boire du thé trop chaud favoriserait le cancer de l’oesophage

Près de 5000 nouveaux cas sont déclarés chaque année en France, avec un taux de mortalité qui frôle les 80%.

Les facteurs de risque du cancer de l’œsophage sont multiples, tels que fumer ou encore boire de l’alcool. Mais, une habitude alimentaire a priori inoffensive serait tout aussi nocive : boire beaucoup de thé, très chaud, chaque jour. C'est ce qu'indique une étude publiée le 20 mars, dans la revue International Journal of Cancer

"Les boissons très chaudes peuvent directement traumatiser la muqueuse, enlever le rôle physiologique de barrière que la muqueuse, le revêtement qui tapisse l’intérieur de l’œsophage, exerce vis-à-vis de tout ce qui est extérieur à l’extérieur, les aliments, les toxiques etc. Cette fragilisation de la barrière muqueuse va entraîner des lésions directes de la cellule, de son ADN. Ce qui constitue la première marche éventuelle vers la progression d’un cancer", exlique le Dr David Malka, cancérologue digestif à l’Institut Gustave Roussy.

Selon l'étude, menée pendant dix ans, sur 50 000 personnes, le risque de cancer pourrait doubler chez les grands buveurs de thé. Plus que la boisson en elle-même, c’est le facteur thermique qui est mis en cause, c’est-à-dire la température à laquelle on boit son thé. Alors pour limiter les risques sans renoncer à son breuvage favori, il est recommandé "de consommer chaud plutôt que brûlant [et] d’attendre un peu que le thé refroidisse dans sa tasse", rappelle le praticien. En parallèle, il faut "bien sûr lutter contre les facteurs de risque de cancer de l’œsophage bien établis et beaucoup plus fréquents en Occident et en France, que sont l’alcool et le tabac."

Lire aussi : Cancer de l'oesophage : les dégâts du tabac et de l'alcool

 

Vous êtes à nouveau en ligne