Les migrations en Europe retracées grâce à des bactéries de la momie Ötzi

L'analyse de bactéries trouvées dans l'estomac d'Ötzi, le célèbre "Homme des glaces" de 5.300 ans dont le corps momifié a été trouvé dans les Alpes en 1991, suggère que les migrations humaines depuis Proche-Orient vers l'Europe sont survenues plus récemment que ce que les préhistoriens estimaient jusqu'alors...

Dans l'estomac des Européens modernes, on trouve fréquemment la bactérie Helicobacter pylori, connue pour être responsables des ulcères. Les généticiens savent que cet Helicobacter européen est un croisement de deux autres souches anciennes, dont l'une est originaire d'Eurasie et l'autre d'Afrique du nord. Quelques arguments génétiques suggèrent que ce croisement se serait produit au Proche-Orient autour du Dernier Maximum Glaciaire, période achevée il y a environ 20.000 ans.

Mais cette hypothèse est mise à mal par l'analyse d'un Helicobacter pylori retrouvées dans l'estomac de la momie du célèbre Ötzi (voir encadré). Dans une étude publiée jeudi dans la revue américaine Science, les chercheurs ont été surpris de constater, en séquençant le génome  de cette bactérie, qu'elle n'était apparentée qu'à la souche asiatique. Le croisement avec des souches africaines présentes aujourd'hui dans l'estomac des Européens a du se produire plus tardivement; lors de migrations du Proche-Orient survenue durant les 5.000 dernières années.

Cette souche asiatique pourrait avoir été portée par des migrants qui ont inventé l'agriculture au Proche-Orient il y a 10.000 ans et ont commencé à l'exporter en Europe il y a 8.000 ans, a expliqué lors d'une conférence de presse téléphonique Yoshan Moodley, de l'Université de Venda en Afrique du Sud, un des principaux co-auteurs de l'étude.

Vous êtes à nouveau en ligne