Corps donnés à la science : 24 familles ont porté plainte, 11 autres vont le faire prochainement

L\'université Descartes à Paris, en mars 2017.
L'université Descartes à Paris, en mars 2017. (OLIVIER BOITET / MAXPPP)

Une enquête de "L'Express" avait révélé en novembre dernier que jusqu'en 2018, le centre du don des corps de l'université Paris-Descartes a accueilli des milliers de dépouilles dans des conditions indignes.

Vingt-quatre familles ont porté plainte vendredi 7 février dans l'enquête sur les conditions de conservations des corps "donnés à la science" à l'Université Paris-Descartes, a appris franceinfo auprès du collectif de proches de victimes. Au moins 11 autres plaintes sont par ailleurs en préparation et devraient être déposées prochainement.

Les familles ont porté plainte vendredi 7 février à Paris pour "atteinte à l'intégrité d'un cadavre". L'enquête ouverte par le parquet de Paris devra déterminer les conditions de conservation de corps dans le centre spécialisé de l'université.

Manifestation prévue le 27 février

"Ce sont des plaintes contre X pour viser le plus largement possible la chaîne de responsabilités", précise à franceinfo Baudouin Auffret, l'un des initiateurs de cette démarche collective. Il appelle également les autres proches de victimes potentielles à se faire connaître avant la fin février à l'adresse mail "victimes.descartes@gmail.com". Le collectif prévoit de manifester devant l'université le 27 février prochain.

Un article de L'Express paru fin novembre dénonçait les "conditions indécentes" de conservation de dépouilles de "milliers de personnes ayant fait don de leur corps à la science", évoquant notamment des dépouilles putréfiées, rongées par les souris. A la suite de cette article, une enquête a été ouverte par le pôle santé publique du parquet de Paris et confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Vous êtes à nouveau en ligne