Une enquête nationale "est en cours" dans l'affaire des bébés nés sans bras ou sans main

Au total, dix-huit cas de nourrissons nés sans bras ont été rapportés dans le département de l\'Ain (photo d\'illustration).
Au total, dix-huit cas de nourrissons nés sans bras ont été rapportés dans le département de l'Ain (photo d'illustration). (MAXPPP)

Les premiers résultats de l'enquête sont attendus le 31 janvier, a précisé la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Le nombre de cas signalé ne cesse d'augmenter. Une enquête qui porte sur toute la France "est en cours" dans l'affaire des bébés nés sans mains, sans bras ou sans avant-bras, a annoncé mercredi 31 octobre le directeur général de l'agence Santé publique France, François Bourdillon, sur RTL. Invitée de BFMTV, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a précisé que les premiers résultats de l'enquête étaient attendus le 31 janvier. Au total, dix-huit cas de nourrissons nés sans bras ont été rapportés dans le département de l'Ain.

Onze cas supplémentaires de bébés nés sans bras ont été identifiés dans l'Ain, sur une période s'étalant de 2000 à 2014, a annoncé l'agence Santé publique France dans un communiqué, mardi. Ces cas s'ajoutent "aux sept cas signalés par le registre Remera [le Registre des malformations en Rhône-Alpes]", écrit l'établissement placé sous la tutelle du ministère de la Santé. 

Lundi, un huitième cas avait été révélé par Le Monde. L'agence Santé publique France précise que ce huitième enfant compte parmi ces onze nouveaux cas identifiés et rappelle "l'importance de disposer d'un registre fiable, rigoureux, scientifique et adossé à des équipes hospitalo-universitaires". Une façon de critiquer, sans le nommer, le Remera. Cette structure, qui fonctionne sous forme associative, occupe un rôle central dans les révélations survenues dans cette affaire.



Vous êtes à nouveau en ligne