Vingt entreprises françaises dans le viseur d'une ONG américaine pour leur approvisionnement en soja

Un champs de soja à Santa Rosa del Monday au Paraguay, le 14 avril 2013.
Un champs de soja à Santa Rosa del Monday au Paraguay, le 14 avril 2013. (NORBERTO DUARTE / AFP)

L'ONG américaine interpelle mardi vingt grandes entreprises agroalimentaires françaises pour leur demander de mettre un moratoire sur le soja importé d'Argentine et du Paraguay.

Après avoir mené une enquête d'un an sur la production de soja en Argentine et au Paraguay, l'ONG américaine Mighty Earth a décidé mardi 27 mars d'interpeller vingt grandes entreprises agroalimentaires françaises. Cette action est menée avec l'association France Nature Environnement et les juristes de Sherpa, une ONG de protection et de défense des populations victimes de crimes économiques. Tous les trois veulent rappeler aux principaux acteurs du secteur leur devoir de vigilance en matière d'approvisionnement.  

La demande d'un moratoire

Dans le collimateur de l'ONG américaine se trouvent les grands distributeurs comme Carrefour, Auchan, Super U, mais aussi les géants de la viande comme Bigard ou des produits laitiers comme Lactalis. Mighty Earth leur demande de mettre un moratoire sur le soja importé d'Argentine et du Paraguay, en particulier de la région du Gran Chaco qui nourrit aujourd'hui poulets et cochons consommés en France.  

Les forêts sont incendiées puis rasées au bulldozer pour laisser place aux semences de soja.Sébastien Mabile, l'avocat de Mighty Earthà franceinfo

L'avocat ajoute que "tous les témoignages sont choquants du peu de cas qu'ils font à la fois de la vie et de la santé des populations locales et de la biodiversité."  

Pour l'instant, les trois associations ne font qu'interpeller les entreprises, mais la loi votée il y a un an en France sur le devoir de vigilance des sociétés mères pourrait ouvrir la voie à des poursuites. "Nous disons à ces entreprises qu'il y a aujourd'hui un problème grave dans leur chaîne d'approvisionnement, déclare Sébastien Mabile. Le cas échéant nous pourrons engager des procédures judiciaires pour carence fautive, insuffisance de prise en compte dans leur plan de vigilance."  

De leur côté, les distributeurs plaident leur bonne foi et la mise en place de cahiers des charges pour nourrir les animaux avec du soja sans OGM mais ils reconnaissent aussi la difficulté de connaître la provenance des importations. En 2016, la France a importé près de 4 millions de tonnes de produits à base de soja.