Troc : les jardiniers s'aident des réseaux sociaux

FRANCE 2

Le troc est une habitude de consommation surprenante, mais vieille comme le monde. En Bretagne, des particuliers profitent des réseaux sociaux pour troquer des légumes.

Potiron contre butternut, ou noix contre une douzaine d’œufs. Pour ces Bretonnes, le troc est devenu une habitude. Elles ont même perdu la notion de l'argent ! C'est grâce au troc qu'elles se sont rencontrées : à force de se donner des conseils et des échanges sur le jardin, elles sont devenues inséparables. "On échange des savoirs, des compétences... " se réjouit Laurianne. En juin dernier, elle a eu l'idée d'utiliser les réseaux sociaux pour échanger ses fruits et légumes. Le bouche-à-oreille a fait le reste. Actuellement Laurianne compte 600 abonnés. "Vraiment, je ne m'y attendais pas. Maintenant, je sais que ça répond à un besoin", poursuit la jeune femme.

Une conscience écologique de plus en plus forte ?

Des initiatives comme celle-ci se multiplient : près de Rennes (Ille-et-Vilaine), un jardinier passionné est créateur de page Internet. Depuis mars, son site de troc a vu son nombre d'utilisateurs tripler. Selon lui, c'est une question de conscience écologique. "Je pense qu'il faut dépasser la notion du fruit et légume sous emballage. Je pense que les gens en on marre de ça", estime Luc Page, propriétaire du site "lepotiron.fr". Grâce à Internet, ces jardiniers espèrent aller un peu plus loin contre le gaspillage.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne