Ramadan 2017 : jeûner sans mettre sa santé en danger

Le ramadan a commencé vendredi 26 mai pour les musulmans de France. Un mois sacré pendant lequel les pratiquants sont invités à s'abstenir de boire et de manger dès les premières lueurs de l'aube et jusqu'au coucher du soleil. Et en cette période de l'année, les périodes de jeûne sont longues. Nos conseils pour suivre le ramadan sans prendre de risque pour sa santé.

  • Comment bien se nourrir pendant le ramadan ?

"L'idéal est de faire deux repas. Un premier repas qui va être évidemment plus copieux parce que les gens ont très faim à ce moment-là et surtout essayer d'apporter une succession de plats. Et se relever assez tôt [NDLR : avant l'imsek, heure limite pour manger, selon la tradition] pour avoir un petit-déjeuner et surtout pour pouvoir s'hydrater", conseille le Dr Patrick Serog, nutritionniste.

Il est également recommandé de ne pas manger trop gras ni en trop grosse quantité afin d'éviter les troubles du sommeil et de privilégier des fruits pour les vitamines et des sucres lents pour l'énergie.

  • Que se passe-t-il dans le corps quand on jeûne ?

"Quand on se prive d'alimentation, la première chose, c'est que l'on va perdre beaucoup d'eau donc il y a une déshydratation qui va s'installer progressivement. Il faut boire au moins 2 litres, 2,5 litres d'eau au cours de la nuit pour pouvoir tenir la journée. Et puis ensuite, on va utiliser son stock de sucre pour son activité quotidienne, pour le travail, pour la pensée et donc on va vider ses réserves de sucre", explique le Dr Patrick Serog.

Pour préserver son énergie, mieux vaut éviter de faire du sport dans la journée. Il est conseillé de faire la sieste, surtout en cette période car les journées sont longues.

  • Dans quels cas le ramadan est-il déconseillé ?

Selon le Dr Patrick Serog, "les diabétiques ont besoin d'un ravitaillement continu d'aliments parce qu'ils régulent très mal leur apport énergétique donc pour eux le ramadan n'est pas conseillé."

Femmes enceintes, allaitantes, personnes âgées, et patients souffrant de maladies sont théoriquement dispensés de jeûne. Dans tous les cas, la meilleure solution est de parler à son médecin de son intention de faire le ramadan, de manière à adapter les traitements médicaux en cours et de ne prendre aucun risque avec sa santé.

Vous êtes à nouveau en ligne