Consommation : la répression des fraudes a infligé 19,4 millions d'euros d'amendes

france 2

La répression des fraudes vient de publier son rapport annuel. Les précisions du journaliste Luc Bazizin sur le plateau du 13 Heures.

La Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) vient d'annoncer ses résultats annuels. "Bien que le nombre de contrôles ait un peu diminué en 2018, avec 543 000 vérifications, on constate plus de manquements et d'infractions, 128 500 en tout, soit +2%", explique le journaliste Luc Bazizin sur le plateau de France 2. "Des vérifications qui ont lieu aussi parfois après des alertes de consommateurs : 64 607 réclamations l'an passé. En tête des plaintes vient d'abord l'immobilier, c'est-à-dire le logement et le BTP, suivi du téléphone et de la communication, et enfin les produits alimentaires", ajoute-t-il.

Près de 3 000 pénalités en 2018

Quelles ont été les alertes majeures déclenchées en 2018 ? "Il y en a eu plusieurs. On se souvient du lait infantile Lactalis produit dans l'usine de Craon, en Mayenne, et retiré suite à une vingtaine de cas de salmonellose. Le rappel, également, des légumes surgelés Greeyard, fabriqués en Hongrie, dans lesquels la présence de listeria avait été détectée. Et enfin les couches pour bébé qui représentaient un risque sanitaire lié à la présence de substances chimiques", précise le journaliste. La sécurité du consommateur est la première des priorités. "On recense 706 alertes sur les produits alimentaires et 824 pour les autres produits. Des alertes qui déclenchent les enquêtes des contrôleurs, et quand il y a faute, il peut y avoir des suites répressives. 2 950 amendes administratives ont été dressées l'an passé, avec un total de 19,4 millions d'euros de pénalités", conclut Luc Bazizin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne