Intox sur la détox

Après les excès du réveillon, on se sent parfois un peu ballonné. Le remède magique serait la détox ! Un mot à la mode qui se retrouve sur toutes sortes de produits en cette pérdiode de fêtes : compléments alimentaires, thé, ou jus. Alors détox ou intox ?

En cette saison, les produits détox envahissent les rayons. Ils nous promettent d’éliminer les toxines, de nettoyer le foie et les intestins. Les parapharmacies proposent d'ingurgiter des sirops d’artichaut, de gingembre, ou de bouleau. 

Dans les supermarchés aussi, il y a en a pour tous les goûts. Du thé détox aux fruits rouges, à la citronelle, au gingembre, etc... Des jus promettent même la détox en gros caractère. 

“La détox est un terme marketing, pas médical" 

Alors, ces produits, tous à base de plantes, peuvent-ils vraiment purifier notre organisme ?  “La détox est un terme marketing, pas un terme médical. Ce qui va nous détoxifier, c’est notre foie, ce ne sont pas ces produits-là qui vont nous détoxifier", explique le docteur Gabriel Perlemuter, chef de service Hépato-gastro-entérologie à l'hôpital Antoine-Béclère, à Clamart. Pour ceux qui ont fait trop d'excès pendant les fêtes, Il conseille plutôt la diète, de prendre des bouillons de légumes, de manger un peu moins de viande et de boire beaucoup d'eau. 

20 morceaux de sucres dans un jus "détox" 

Il faut également être vigilant avec les jus sucrés dits "détox". Nous demandons l'avis du Dr Perlemuter sur un jus très sucré sur lequel est affiché "détox" en gros caractère. "Dans ce jus, vous avez 120 grammes de sucre par litre, c'est juste énorme, c'est autant qu'un verre de soda par exemple. alors que pensez vous faire du bien, vous vous intoxiquez par le sucre que vous prenez". Contacté, le vendeur de ce jus n’a pas souhaité faire de commentaire.

Le mot détox pourrait laisser penser qu’il est le contraire de toxique donc bénéfique pour la santé. Mais que dit la règlementation ? Les promesses santé sont normalement validées par la Commission européenne. Mais sur la détox, rien n’est encore tranché.

“La promesse "détox",  n'est pas encore validée par la Commission européenne, c'est donc une zone grise. Tant que ce n'est pas interdit, les industriels peuvent l’utiliser et ils en profitent à fond" regrette Camille Dorioz, responsable des campagnes pour l'association Foodwatch. 

Contactée, la Commission européenne dit travailler sur la détox et aussi sur 2000 autres allégations santé liées aux plantes. En attendant que l’Europe tranche, la détox n’a pas fini de faire de l’intox. 

Vous êtes à nouveau en ligne