Huiles minérales : l’Anses recommande d’en limiter l’usage dans les emballages alimentaires

Un emballage alimentaire.
Un emballage alimentaire. (JEAN PIERRE AMET / MAXPPP)

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a appelé, mardi, à la limitation de la présence des hydrocarbures d'huiles minérales dans les emballages alimentaires en raison d'un impact potentiellement néfaste sur la santé.

La présence d’hydrocarbures d’huiles minérales (MOH) dans les emballages alimentaires doit être limitée, vu leur impact potentiellement néfaste sur la santé humaine, estime l’Agence nationale de sécurité sanitaire (l’Anses), mardi 9 mai.

L'hypothèse de la toxicité

Certaines de ces huiles, dérivées du pétrole et présentes dans de nombreux produits (cosmétiques, encres, fibres…), peuvent être cancérigènes ou génotoxiques, selon de précédents travaux de l’Autorité européenne de sécurité des aliments. Deux types de MOH sont définis : les huiles minérales saturées (MOSH), et les huiles minérales aromatiques (MOAH). L'exposition à ces dernières étant "particulièrement préoccupante", selon ces experts européens.

L'Anses recommande de mieux connaître la composition de ces huiles, que l’on retrouve dans de nombreux emballages en papier ou en carton. L’agence sanitaire suggère aussi d’utiliser des encres d’impression ou des colles dépourvues de ces MOH pour les emballages alimentaires. L'Anses pointe aussi le risque de migration des huiles minérales de l’emballage vers l’aliment. "Des barrières permettant de limiter la mutation de ces contaminants" peuvent être utilisées, explique l’Anses.