Environnement : 86% des poissons vendus en grande surface sont issus d'une pêche "non durable", selon une étude

L\'écrasante majorité des poissons vendus en supermarché, comme le bar, est issue de pêche non durable.
L'écrasante majorité des poissons vendus en supermarché, comme le bar, est issue de pêche non durable. (FRED TANNEAU / AFP)

Menée par l'UFC-Que choisir, cette étude conclut que la grande distribution participe à la surexploitation des populations de poissons.

La grande distribution vide les océans. C'est le constat dressé par l'UFC-Que choisir dans une grande enquête sur les méthodes d'approvisionnement en poisson des supermarchés : "86 % des poissons présents dans les étals des grandes surfaces enquêtées sont pêchés selon des méthodes non durables ou dans des stocks surexploités", dénonce l'association. Une situation qui risque de faire disparaître les espèces concernées.

L'étude a été menée dans 1 134 poissonneries, sur trois poissons de consommation courante : le cabillaud, la sole et le bar. L'UFC-Que choisir a d'abord constaté que 66% des supermarchés ne respectent pas les mentions obligatoires sur les méthodes de pêche et les zones de capture. "Alors que les consommateurs sont conscients des dégâts occasionnés par certains engins de pêche comme les chaluts de fonds, il est inadmissible qu’en étant privés de cette information, ils puissent acheter à leur insu des poissons pêchés de manière dévastatrice pour l’environnement", regrette l'association.

Elle a ensuite constaté qu'une écrasante majorité – 86% – des poissons vendus sont non durables, c'est-à-dire qu'ils ne sont pas "pêchés avec des méthodes respectueuses de la ressource et dans des zones où les stocks sont abondants". Le cabillaud affiche le pire résultat avec 88%, suivi par la sole (86%) et le bar (80%). Pour remédier à cette situation, l'association "presse les pouvoirs publics de durcir les quotas de pêche mais aussi de rendre l’étiquetage sur la durabilité de la pêche enfin explicite"

Vous êtes à nouveau en ligne