Consommation : la vente en vrac arrive à la campagne

C'est une nouvelle tendance : le vrac s'invite à la campagne. France 2 a suivi le camion ambulant et sans emballage d'une jeune femme convaincue.

Lorsque Annabelle Chevillard s'installe sur une place de village, la curiosité est au rendez-vous. Le principe est simple : café, graines ou fruits secs sont distribués au plus près de chez vous. Pour ces villages où, parfois, il n'y a plus d'épicerie, ça change la vie. "Il faut faire cinq kilomètres en voiture pour aller au Super U donc c'est agréable d'avoir comme ça des petits commerces de proximité", explique un habitant. Quand se déplacer est plus difficile, Annabelle Chevillard livre aussi à domicile. Elle passe ici tous les quinze jours et, à force, tout le monde la connaît.

Une reconversion après un déclic

C'est une reconversion étonnante, car Annabelle Chevillard a un BTS en commerce international et aujourd'hui elle sillonne les routes du Maine-et-Loire, convaincue par le principe du vrac. "Un jour j'ai eu un déclic alors que j'étais en train de faire mes courses. Une dame devant moi a laissé tous ses suremballages au bord de la caisse pour limiter les déchets et je me suis dit que c'était une bonne idée". En principe, les clients sont prévenus en avance et doivent apporter leurs propres bocaux. Le choix est large, mais il faut y mettre le prix, car presque tous les produits viennent de quelques kilomètres à la ronde. Pour les clients un peu plus lointains, l'épicerie est présente sur Internet. La vente en ligne représente 30% de son chiffre d'affaires.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne