Cinq secondes pour ramasser sa tartine ?

EN BREF - La "règle des 5 secondes", selon laquelle la contamination bactérienne d’un aliment tombé au sol n’est pas immédiate, est fréquemment répétée, mais n’est - hélas - qu'un mythe. Plusieurs études cherchant à éprouver l'adage ont confirmé sa fausseté. La dernière en date, publiée ce mois-ci, ne fait pas exception.

Depuis le début des années 2000, quelques études [1] ont été menées sur la vitesse de contamination d’un aliment par une surface. Dans tous les cas, la démonstration est sans appel : les bactéries sont toujours prête à bondir et à proliférer.

Les derniers travaux en date [2] ont examiné des échantillons de pain (beurré ou non), de bonbons et de melons laissés en contact durant une, cinq, trente ou trois cent secondes avec diverses surfaces. Le verdict des chercheurs corrobore les recherches antérieures : dès la première seconde, les bactéries débutent la colonisation. Plus le temps passe, plus celle-ci est grande.

Contribution originale de l’étude à la connaissance scientifique : celle-ci affirme qu’un aliment échoué sur du bois est contaminé plus largement que le même aliment tombé sur un morceau de moquette. Une donnée qui doit encore être confirmée par d’autres études.


[1] Voir par exemple : Residence time and food contact time effects on transfer of Salmonella Typhimurium from tile, wood and carpet: testing the five-second rule. P. Dawson et al. oct. 2006 doi : 10.1111/j.1365-2672.2006.03171.x

[2] Longer Contact Times Increase Cross-Contamination of Enterobacter aerogenes from Surfaces to Food. R.C. Miranda & D.W. Schaffner. Appl. Environ. Microbiol. sept 2016 doi:10.1128/AEM.01838-16

Vous êtes à nouveau en ligne