Vincent Lambert : la justice ordonne la reprise du processus de consultation pour l'arrêt des soins

La cour administrative d'appel de Nancy a décidé ce 16 juin de reprendre la procédure de consultation d'experts pouvant mener à l'arrêt des soins de Vincent Lambert, tétraplégique en état végétatif. Sa famille se déchire depuis des années sur son maitien en vie ou non. 

La cour a ainsi infirmé une décision de première instance d'octobre 2015, concernant l'ancien infirmier de 39 ans, victime d'un accident de la route en 2008, et dont le sort déchire la famille depuis de nombreuses années, tout en soulevant de grandes questions éthiques touchant au sort des patients en état végétatif irréversible.

La cour ordonne au CHU de Reims de donner au praticien en charge de Vincent Lambert "les moyens de poursuivre le processus de consultation" collégiale des experts, qui doit décider d'un éventuel arrêt de soins.

Cette décision "implique seulement que la procédure collégiale soit reprise au sein du CHU de Reims", mais "ne préjuge en rien de l'issue de cette procédure", a toutefois précisé la cour administrative d'appel dans un communiqué.

En juillet 2015, la médecin du CHU de Reims Daniela Simon, avait arrêté la procédure collégiale, arguant que le climat de sérénité nécessaire n'était pas réuni. 

Pourtant, il n'y aura "jamais de sérénité" autour du sort de Vincent Lambert, avait estimé fin mai, le rapporteur public de la cour d'appel. La cour a d'ailleurs estimé le 16 juin que la suspension de cette procédure, "pour une durée indéterminée", était "illégale".

L'épouse de Vincent Lambert, Rachel, ainsi que l'un de ses neveux, sont favorables à un arrêt des soins. A l'inverse, les parents du tétraplégique, des catholiques traditionalistes, s'y opposent farouchement.

Vous êtes à nouveau en ligne